Benozzo Gozzoli, « San Sebastiano con devoti »

fullsizeoutput_38a1.jpeg

Benozzo Gozzoli ou Benozzo de Lese di Sandro, dit (Scandicci, vers 1420 – Pistoia, 4 octobre 1497)

Saint Sébastien avec des dévots, 1464.

Inscriptions : « SANCTE SEBASTIANE INTERCEDE PRO DEVOTO POPVLO TVO »

Fresque

San Gimignano, Église de Sant’Agostino.

Le saint est représenté selon une iconographie très éloignée de la tradition qui veut que Sébastien soit représenté sous l’apparence d’un jeune homme nu, lié à un arbre ou à une colonne, le corps transpercé de flèches. A l’inverse, Benozzo Gozzoli le représente habillé d’un large manteau soulevé par des anges, au-dessous duquel est venue se réfugier une population en prière, à la recherche d’une protection contre la peste : celle-ci est supposée provoquée par les flèches que Dieu, en colère, envoie contre les hommes depuis les cieux. [1]

Intercédant auprès de Dieu en faveur de la population sagement répartie autour de lui (les hommes d’un côté, les femmes de l’autre), apparaissent également dans le ciel le Christ montrant la blessure qu’il a reçu au flanc, et sa Mère, le sein découvert pour mieux rappeler qu’elle a nourri le Rédempteur, tous deux espérant faire fléchir la colère divine. L’instant est figé : Dieu le Père bandit une flèche et il ne restera à la foule des fidèles assemblés dans l’église qu’à espérer que l’intercession qu’elle vient d’observer arrêtera le geste menaçant. Ce qui semble devoir être le plus probable ; en effet, un nombre important de flèches lancés par Dieu dans sa colère sont déjà venues se rompre sur le manteau protecteur que deux anges maintiennent au-dessus de Sébastien et des dévots qui l’entourent …

[1] Il existe à San Gimignano une autre version de Saint Sébastien, peinte sur la contre façade de la Cathédrale, dans laquelle le martyre du saint est représenté par Benozzo selon une iconographie plus traditionnelle.