Luca di Tommè, « Madonna col Bambino »

img_2723

Luca di Tommè (Sienne, documenté de 1355 à 1389)

Madonna col Bambino (Vierge à l’Enfant), fin des années 1360.

Tempéra sur bois, 103 x 55,5 cm.

Inscriptions (dans l’auréole de la Vierge) : « AVE MARIA GRACIA PLENA »

Provenance : Église de San Francesco, Montalcino.

Montalcino, Museo Civico e Diocesano d’Arte Sacra.

Dans une hypothétique typologie des représentations de la Vierge à l’Enfant, l’œuvre appartiendrait à une catégorie qui, au XIVe siècle, exclut, en apparence, tout symbole faisant référence à la Passion du Christ. Cette référence, pourtant, est étroitement liée à un type d’image dont la caractéristique principale est d’avoir été expressément conçue pour servir de support à la méditation. La quiétude de la scène, soulignée par l’immobilité des corps et les infimes et délicates caresses échangées dans l’intimité des deux protagonistes, semble, à première vue, n’être affectée d’aucun trouble. Pourtant, le curieux geste de consolation que semble exprimer la main posée par l’enfant sous le menton de sa mère et l’intensité particulière du regard échangé nous invite à bien percevoir maintenant la tristesse discrète et pudique qui marque leurs deux visages.

L’attribution de l’œuvre à Luca di Tommé, affirmée à deux reprises, en 1908 et en 1925, par l’historien Perkins, est aujourd’hui communément admise. L’œuvre appartient à la période de pleine maturité artistique de son auteur.

D’évidentes références à Pietro Lorenzetti ainsi que, par le clair-obscur délicat qui module les carnations d’ivoire, une proximité avec le groupe d’artistes de l’entourage de Simone Martini peuvent être constatées.