Les quelques fragments du cycle peint par Ambrogio Lorenzetti dans le cloître de San Francesco

Il subsiste quelques splendides fragments des fresques qui ornaient toute la paroi occidentale du premier cloître du couvent de San Francesco, à Sienne. Ces fragments ont été mis au jour dans les années 1970, lors des travaux de restauration qui suivirent l’acquisition du couvent franciscain par l’Université de Sienne. Certains d’entre eux, les plus petits, se trouvent encore à leur emplacement d’origine. Leur état de conservation et leur fragilité ont conduit à en détacher deux. Ils sont aujourd’hui à l’abri dans locaux du Rectorat de l’Università degli Studi (l’Université de Sienne).

Ce sont donc ces rares et précieuses épaves qui constituent l’unique trace visible d’un cycle de peintures longtemps considéré comme le plus exceptionnel d’Ambrogio Lorenzetti depuis que Lorenzo Ghiberti [1]Lorenzo Ghiberti, I Commentarii (v. 1452-1455). Voir KRAUTHEIMER, Richard (in collaboration with Trude KRAUTHEIMER-HESS), Lorenzo Ghiberti (1ère édition 1956). Princeton, Princeton University Press, 1982, pp. 219-221., après l’avoir vu et grandement loué, en a laissé une description très complète. “Au milieu du Quattrocento, alors que celui-ci était encore intact, Ghiberti lui consacra une très longue description par laquelle l’ekphrasis classique entra dans la littérature artistique renaissante qui, en même temps que les sources hagiographiques, constitue encore aujourd’hui la base grâce a laquelle il est possible de reconstituer la série de fresques [2]Roberto Bartalini, « I resti del ciclo dedicato al francescano Pietro da Siena e agli altri martiri dell’India nel chiostro di San Francesco a Siena », Ambrogio Lorenzetti (cat. d’exp., Sienne, Santa Maria della Scala, 22 octobre 2017 – 18 janvier 2018). Silvana Editoriale, Cinisello Balsamo (Milano), 2017, p. 268.”. Ghiberti y évoque, non sans laisser transparaître son admiration à l’égard d’Ambrogio Lorenzetti, le cycle consacré à saint Louis de Toulouse et aux missions des Franciscains au Maroc, qu’il a pu voir de ses propres yeux. Grâce à ce texte, on peut tenter d’imaginer à quoi ressemblait le chef-d’œuvre exécuté pour les moines franciscains, dans lequel Lorenzetti avait représenté  » […] comment un jeune homme (le saint [3]Pierre de Sienne.) décide de devenir frère et endosse l’habit sacré ; comment un groupe de frères demande à partir pour aller travailler parmi les païens ; comment ils partent et prêchent, et sont conduits devant le sultan ; comment ils sont fouettés et comment les bourreaux interviennent, transpirant, les cheveux ébouriffés [4]On jurerai qu’ici, Ghiberti décrit la scène du Martyre des frères franciscains qu’il a peinte dans la salle capitulaire attenante au cloître du même couvent. ; comment les spectateurs observent la scène, et comment les païens sont condamnés à être pendus, comment ils sont décapités et comment, à cet instant, une tempête se lève avec la foudre et les éclairs, des coups de tonnerre et une tempête grêle ; comment les arbres sont renversés jusqu’à terre et comment le Grand Juge est désarçonné de son cheval et comment, à la suite de cela, une foule importante est baptisée […] [5]Cité dans KRAUTHEIMER, Richard (in collaboration with Trude KRAUTHEIMER-HESS), Lorenzo Ghiberti, Op. cit., p. 219 ».

Agnolo di Ventura (?), Portail d’accès à la sépulture de Nicolaccio Petroni et de ses héritiers (1336). Sienne, ancien cloître du couvent de San Francisco, appartenant aujourd’hui à l’Université de Sienne. Dans la lunette : « Madonna col Bambino, San Francesco e il beato Pietro da Siena ».

Notes

Notes
1 Lorenzo Ghiberti, I Commentarii (v. 1452-1455). Voir KRAUTHEIMER, Richard (in collaboration with Trude KRAUTHEIMER-HESS), Lorenzo Ghiberti (1ère édition 1956). Princeton, Princeton University Press, 1982, pp. 219-221.
2 Roberto Bartalini, « I resti del ciclo dedicato al francescano Pietro da Siena e agli altri martiri dell’India nel chiostro di San Francesco a Siena », Ambrogio Lorenzetti (cat. d’exp., Sienne, Santa Maria della Scala, 22 octobre 2017 – 18 janvier 2018). Silvana Editoriale, Cinisello Balsamo (Milano), 2017, p. 268.
3 Pierre de Sienne.
4 On jurerai qu’ici, Ghiberti décrit la scène du Martyre des frères franciscains qu’il a peinte dans la salle capitulaire attenante au cloître du même couvent.
5 Cité dans KRAUTHEIMER, Richard (in collaboration with Trude KRAUTHEIMER-HESS), Lorenzo Ghiberti, Op. cit., p. 219