Guido di Graziano, « Natività di Gesù »

IMG_2194

Guido di Graziano (documenté à Sienne de 1278 à 1302)

Nativité

Détail du San Pietro in trono ou Dossale di San Pietro (Saint Pierre assis sur un trône ou Parement d’autel de saint Pierre), vers 1280.

Tempéra sur panneau.

Provenance : Église (détruite) de San Pietro in Banchi, Sienne.

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Le modèle de cette représentation de la Nativité, directement issus des peintures byzantines de quelques années antérieures, sera également repris, à plusieurs reprises et avec peu de modifications, par Duccio notamment dans un compartiment de la prédelle antérieure de la Maestà conservé à Washington (reproduction ci-dessous). On notera la double représentation du Christ figuré une première fois dans son berceau [1] à l’intérieur de la grotte où a eu lieu la Nativité, et une seconde fois confié aux mains des femmes chargées de lui donner une première toilette. La perplexité de Joseph, assis à droite, est l’exacte transcription visuelle des textes issus des Evangiles Apocryphes. Elle n’est pas interrompue par l’arrivée, à l’extrémité droite, du premier berger venu honorer cette naissance prodigieuse.

IMG_0801

Duccio di Buoninsegna, Nativité du Christ, 1308/1211. National Gallery of Art, Washington.

[1] Il faut noter ici la troublante ressemblance entre ce berceau et un tombeau. Le fait n’a rien de fortuit : il s’agit-là d’un procédé iconographique nettement identifié, qui vise à évoquer dès le berceau la destinée tragique de la vie terrestre du Christ.