Vincenzo Rustici, Madonna del Rosario con i Santi Domenico, Caterina da Siena, Simeone, Caterina d’Alessandria

Rustici.png

Vincenzo Rustici (Sienne, 1557 – 1632)

Madonna del Rosario con i Santi Domenico, Caterina da Siena, Simeone, Caterina d’Alessandria (Madone du Rosaire avec les saints Dominique, Catherine de Sienne, Siméon, Catherine d’Alexandrie), date ?

Huile sur toile, dimensions ?

Inscriptions : /

Provenance : In situ (Pieve dei Santi Stefano e Degna, Castiglione d’Orcia).

En guise d’introduction aux quinze épisodes du rosaire [1], la scène principale, représente, au centre, la Vierge à l’Enfant entourée de plusieurs saints [2], ainsi qu’un certain nombre de symboles. Parmi les saints, on reconnaît, au premier plan, à gauche, Dominique vêtu du costume de l’Ordre qu’il a créé, recevant un chapelet des mains de la Vierge ; la seconde, au premier plan à droite, est Catherine de Sienne, parfaitement reconnaissable grâce à l’habit de Dominicaine dont elle est vêtue et à la tige de lis qu’elle a posé devant elle au sol. Au second plan, sont identifiables : Catherine d’Alexandrie, portant une couronne, et Siméon, coiffé de son étrange mitre.[3]

Posés aux pieds de la Vierge :

  • deux anges semblent danser en arborant, l’un un chapelet (!), l’autre des fleurs qu’il a peut-être ramassées au sol
  • un rameau de lys rappelle le miracle de l’incarnation divine ; la tige de lys se divise en trois rameaux afin de signifier symboliquement la triple virginité de Marie, avant, pendant et après l’enfantement (!)
  • un livre, qui pourrait être le Nouveau Testament (dans lequel figure l’ensemble des épisodes faisant l’objet de la dévotion propre au rosaire)

3D5258F3-1F1D-4C9A-9BDA-DC8E233CDDC6

Au-dessous de la scène principale figurent quatorze scènes des Mystères du Rosaire, épisodes de la Vie et de la Passion du Christ qui, d’une certaine manière, fonctionnent comme un memento pour l’éventuel fidèle qui viendrait s’agenouiller devant l’image. La première ligne est interrompue par la présence, au centre, d’une Crucifixion, laquelle constitue, dans ce contexte, la quinzième des scènes propres à ce que l’on appelle « Rosaire ».

[1] Voir « Glossaire ».

[2] Pour ces quatre figures, voir « Iconographie des principaux saints ».

[3] Voir « Iconographie des principaux saints ».

 

 

 

En guise d’introduction aux quinze épisodes du rosaire, la scène principale, représente, au centre, la Vierge à l’Enfant entourée de plusieurs saints, ainsi qu’un certain nombre de symboles. Parmi les saints, on reconnaît, au premier plan, à gauche, Dominique vêtu du costume de l’Ordre qu’il a créé, recevant un chapelet des mains de la Vierge ; la seconde, au premier plan à droite, est Catherine de Sienne, parfaitement reconnaissable grâce à l’habit de Dominicaine dont elle est vêtue et à la tige de lis qu’elle a posé devant elle au sol. Au second plan, sont identifiables : Catherine d’Alexandrie, portant une couronne, et Siméon, coiffé de son étrange mitre. [3]

Posés aux pieds de la Vierge :

  • deux ange semblent danser en arborant, l’un un chapelet (!), l’autre des fleurs qu’il a peut-être ramassées au sol
  • un rameau de lys rappelle le miracle de l’incarnation divine ; la tige de lys se divise en trois rameaux afin de signifier symboliquement la triple virginité de Marie, avant, pendant et apprès l’enfantement (!)
  • un livre, qui pourrait être le Nouveau Testament dans lequel l’ensemble des épisodes faisant l’objet de la dévotion propre au rosaire figurent par écrit

3D5258F3-1F1D-4C9A-9BDA-DC8E233CDDC6

Au-dessous de la scène principale figurent quatorze scènes des Mystères du Rosaire, épisodes de la Vie et de la Passion du Christ qui, d’une certaine manière, fonctionnent comme un memento pour l’éventuel fidèle qui viendrait s’agenouiller devant l’image. La première ligne est interrompue par la présence, au centre, d’une Crucifixion, laquelle constitue, dans ce contexte, la quinzième des scènes propres à ce que l’on appelle « Rosaire ».

 

[1] A l’origine, le rosaire ne comportait que trois chapelets. Ajouté par le pape Jean-Paul II en 2002, à l’occasion de l’« année du Rosaire » (octobre 2002 – octobre 2003), le quatrième chapelet comprend lui aussi cinq mystères qualifiés de « mystères lumineux » : le Baptême du Christ, les Noces de Cana, la proclamation du Royaume, la Transfiguration et l’Institution de l’Eucharistie.

[2] Ou comment Marie retrouva Jésus parmi les docteurs.

— Lc 2, 41-47 mettre le texte de l’évangile

[3] Pour ces quatre figures, voir « Iconographie des principaux saints ».

 

%d blogueurs aiment cette page :