Biagio

Blaise de Sébaste : Evêque de Sébaste, en Arménie. Mort décapité avec deux de ses compagnons en 316 (?).

Iconographie

Blaise est représenté :

  • sous l’aspect d’un homme d’âge moyen
  • barbu
  • vêtu du costume d’évêque et coiffé de la mitre
  • portant un ou des peigne(s) à carder, instruments de son martyre
  • parfois assis sur un trône

Scènes de la vie du saint :

  • Retiré dans le désert et vivant dans une grotte, il apprivoise les bêtes sauvages et les oiseaux.
  • Il guérit un enfant mourant après avoir avalé une arête de poisson en lui imposant deux cierges croisés formant une croix.
  • Il oblige un loup à rendre à une pauvre veuve le porcelet qu’il lui avait dérobé. [1]
  • Il est arrêté et jeté au cachot [2] sur ordre du gouverneur romain Agricolus pour avoir refusé d’adorer les dieux.
  • Jeté dans un étang sur ordre d’Agricola, il marche sur les eaux qui se sont figées sur un signe de croix.
  • Son martyre : suspendu nu à un gibet, les bras au-dessus de la tête, ses chairs sont déchirées par les bourreaux armés de peignes à carder la laine ; un ange apparaît et chasse les bourreaux.
  • Il est décapité avec deux autres victimes (deux petits enfants ?) aux abords de la ville.

[1] VORAGINE, Jacques de, La Légende dorée (rédigé entre 1261 et 1266), Coll. de La Pléiade, Gallimard, Paris, 2004, p. 203 : « Une pauvre femme qui n’avait qu’un seul pourceau, se l’était fait ravir de force par un loup ; aussi alla-t-elle prier saint Blaise de lui faire rendre son pourceau, et celui-ci lui dit en souriant : « Femme, ne soit pas triste : ton pourceau te sera rendu. » Le pourceau vint aussitôt, et rendit le pourceau à la veuve. »

[2] Op. cit., p. 203 : « A cette nouvelle, la veuve, qui avait récupéré le pourceau, tua l’animal et en apporta la tête et les pieds à saint Blaise, avec une chandelle et du pain. »

%d blogueurs aiment cette page :