Giorgio di Giovanni (?), « Le riforme del Granvelle fanno veleggiare sicura la barca della Repubblica »

9831CADD-F977-4E45-A155-4FF372182B68.jpeg

Gabella

Giorgio di Giovanni (?)

Le riforme del Granvelle fanno veleggiare sicura la barca della Repubblica (Les réformes de Granvelle font que le vaisseau de la République vogue en sécurité)

1542

69 x 59,5 cm.

Archivio di Stato di Siena, n° 54

Inscription :

« QUASSATAM HANC SUPERORUM CAESAREOVE AUXI(LI]O NAVEM EX NAUFRAGIO AD MAXIMAM SECU(RITATEM] [N]AU(T]AE CUM DENUDATA IAM ARBOR TUTIORI […] VELA INSTAURAVERIT LAETA[N]TER INSPEXĒRE. COMITIS HIRUNDINA GENERALIS KABELLAE KAMERARII TEMPORE MDXLII »

Provenance : Commune de Sienne

L’inscription du bas de la tablette, dont on notera qu’elle est rédigée en latin comme s’il s’agissait de rendre plus vénérables encore les exploits racontés, rappelle les réformes mises en œuvres par Niccolò Perrenot de Granvelle [1], que les italiens dénomment « Granvela » (littéralement : « Grande voile »). Ce qui nous permet de comprendre aisément le sens de l’allégorie ici figurée : à gauche, un navire mal gouverné finit sa route en s’échouant sur le rivage tandis qu’à droite, grâce aux réformes instaurées par Granvelle, le navire à la grande voile évocatrice ira à bon port en toute sécurité. Il faut remarquer que le mât de ce navire est un arbre, comme pour mieux évoquer la solidité avec laquelle il est arrimé

Suivent les blasons des neufs familles : Vaiari, Mannelli, Del Rondine, Marretti, Callocci, Beccafumi, Campioni, Benassai, Pecci. Un dixième, plus petit, celui des Benucci, est situé dans l’angle inférieur droit de la scène.

[1] Niccolò Perrenot de Granvelle : originaire de Besançon, il fut chancelier de l’empereur Charles Quint et chargé, notamment, de mettre fin aux tumultes politiques qui désorganisaient Sienne, et de ramener la stabilité dans la cité.