Lorenzo di Pietro, dit ‘Il Vecchietta’, « Il Beato Sorore »

fullsizeoutput_1cd3

Lorenzo di Pietro, dit ‘Il Vecchietta’ (Premières années du XVe siècle – 1480)

Il Beato Soror (Le bienheureux Sorore)

Caisson de la face antérieure de l’Arliquiera de Santa maria alla Scala, tempera sur panneaux.

Inscriptions : « B. SOROR »

Sienne, Museo dello Spedale di Santa Maria alla Scala.

L’histoire du bienheureux Sorore, par sa saveur médiévale mais aussi pour sa portée politique, mérite d’être racontée. La légende veut qu’un cordonnier portant ce nom soit le fondateur, au IXe siècle, de l’institution hospitalière la plus vieille du monde. Par cette légende, l’origine de l’Ospedale di Santa Maria della Scala serait donc liée aux activités d’un pauvre savetier mû par la charité et l’amour de son prochain, qui aurait accueilli, soigné et nourri les pauvres dans la petite maison habitant son échoppe située, à l’époque, … en face de la Cathédrale (!). Grâce à l’estime que lui avait valu cette action auprès de ses concitoyens se forma ensuite le premier noyau de ce qui devait devenir le grand hôpital siennois.

Le plus ancien « document » évoquant la fondation mythique de l’Ospedale consiste en une fresque peinte dans la salle du Pellegrinaio, en 1441, par le Vecchietta, qui est aussi l’auteur du panneau de l’armoire-reliquaire ci-dessus. En réalité, un plus ancien document, d’archives cette fois-ci, où il est question de ce même hôpital date de 1090. En revanche, avant 1441, aucun document écrit ni aucune autre image peinte à fresque n’évoque le bienheureux Sorore lui-même. C’est le Recteur Francesco Buzzinelli, en fonction de 1434 à 1444, année de sa mort, qui chargea le Vecchietta de représenter la première histoire de Sorore (ou Soror) et, probablement, de donner forme à un personnage qui puisse incarner au mieux le caractère laïc de l’Institution. C’est ainsi qu’est née, à des fins purement politiques, la légende du bienheureux Sorore.