Pittore senese del XV secolo, « Madonna del Latte »

fullsizeoutput_28d1.jpeg

La Vierge, dont le visage, hélas, est très maladroitement restauré, donne le sein à l’Enfant Jésus qu’elle tient sur les genoux. Elle est entourée d’anges et de deux saints en prière : il s’agit des apôtres Pierre (à gauche), que l’on identifie aisément aux clés qu’il tient à la main) et Paul (à droite), reconnaissable à la longue épée sur laquelle il prend appui.

Il s’agit, ni plus ni moins, d’une image de dévotion telle qu’on pouvait en trouver dans les chapelles de campagne ; elle possède le charme particulier des images auxquelles les populations de fidèles sont venues, des siècles durant (et de nos jours encore [1]) porter de simples vœux ou tous leurs espoirs.

[1] Aujourd’hui encore, au cours de la semaine incluant le 8 mai, de nombreuses cérémonies en l’honneur de la Vierge sont organisées ; outre le dévoilement de l’icône conservée dans l’église de la Madonna del Soccorso, et la procession qui s’ensuit, un pèlerinage conduit les participants à une longue promenade autour de la ville, en marquant des pauses dans toutes les églises vouées au culte marial, qui sont nombreuses et spécialement ouvertes ce jour-là.