Palazzetto d’ingresso

Commencé en 1383, achevé en 1527, puis restauré en 1800, le bâtiment fortifié et doté d’une tour, constituait l’élément de défense principal de l’abbaye.

La façade externe est percée d’un porche profond, au-dessus duquel on peut voir une sculpture de terre cuite émaillée, une Madonna col Bambino (Madone à l’enfant couronnée par deux anges) incoronata da due angeli, œuvre de l’école des della Robbia.

Au-dessus du porche, du côté intérieur, se trouve un second motif de terre sculpté représentant, cette fois, San Benedetto benedicente (bénissant), dernière image du couvent visible par le promeneur quittant les lieux.

Dans une niche légèrement décentrée par rapport à l’ouverture du passage couvert, assis sur un trône dont seuls sont visibles deux imposants accoudoirs, Benoît lève la main en signe de bénédiction et tient ouvert un livre sur lequel on peut déchiffrer le début du Prologue de la Règle de son Ordre. C’est donc Benoit qui s’exprime en personne. On peut lire : « AVS/CV/LTA O / FILI[I] / PR[A]E/CEPTA / MAGISTRIBET INCLINA AVREM … » [1].

[1] « Ausculta, o filii, praecepta magistri et inclina aurem [cordis tui et admonitionem pii patris libenter excipe et efficaciter comple] ;  » Ecoute, mon fils, les préceptes du maître et tends l’oreille [de ton coeur. Reçois volontiers l’exhortation d’un père si bon et mets-la en pratique]. » Premières lignes du Prologue de la Règle de Saint Benoit.