Lippo Memmi, « Santa Margherita (Dorotea ?, Elisabetta d’Ungheria ?) »

Lippo Memmi (Sienne, 1291 – 1356)

Santa Margherita (Dorotea ?, Elisabetta d’Ungheria ?), v. 1330 – 1339.

Panneaux provenant du Polyptyque de Colle di Val d’Elsa, aujourd’hui démembré. Tempéra et or sur panneau, 50,5 x 22 cm.

Provenance : église de San Francesco, Colle Val d’Elsa.

Milan, Museo Poldi Pezzoli.

Bien que le titre fasse état d’un doute sur l’identité précise de la sainte représentée, le cartel du musée précise, non sans conviction : « Sur ce panneau, est représentée Elisabeth de Hongrie, princesse née en 1207 qui, demeurée veuve à l’âge de 20 ans, se retira dans un couvent franciscain. Son visage est bordé d’un voile enveloppant également le cou dont l’artiste a restitué la douceur, ainsi que la dentelle sophistiquée des ourlets. Les retombées des étoffes sont d’une grande élégance ainsi que le geste avec lequel elles sont maintenues avec la main pour accueillir des fleurs. Une légende raconte que la sainte fut surprise par son époux alors qu’elle portait du pain aux pauvres en le cachant dans les plis de ses vêtements. Alors que celui-ci lui demandait ce qu’elle cachait, elle aurait répondu : ‘des roses pour tresser une couronne’, et par miracle, le pain s’était transformé en roses rouges et blanches. Les accents de lumière qui parcourent les tissus et mettent en relief les traits du visage sont d’une grande élégance. L’ombre qui enveloppe tout le côté gauche de la figure indique avec précision l’origine de la lumière. Cette peinture appartenait au registre supérieur d’un vaste polyptyque composé d’au moins quatorze panneaux aujourd’hui dispersés dans diverses collections. L’œuvre est datable du premier quart du Trecento et était destinée à l’église franciscaine de Colle Val d’Elsa, sur les collines siennoises ».