Les hommes de Sodome demande à Loth de leur livrer les deux hommes qu’il héberge

Texte de la Genèse :

Les deux anges arrivèrent à Sodome, le soir. Loth était assis à la porte de Sodome ; il les aperçut, se leva pour aller à leur rencontre et se prosterna, face contre terre. Il dit : « De grâce, mes seigneurs, faites un détour par la maison de votre serviteur ; vous y passerez la nuit, vous vous laverez les pieds et vous vous lèverez de bon matin pour reprendre votre route. » Ils répondirent : « Non ! nous passerons la nuit sur la place. » Mais il insista tellement auprès d’eux qu’ils firent le détour et entrèrent dans sa maison. Il leur prépara un festin, fit cuire des pains sans levain, et ils mangèrent. Ils n’étaient pas encore couchés que les hommes de la ville, ceux de Sodome, cernèrent la maison, des plus jeunes aux plus vieux, toute la population sans exception. Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les hommes qui sont venus chez toi cette nuit ? Amène-les : nous voulons nous unir à eux. » Loth s’avança vers eux, à l’entrée, et ferma la porte derrière lui. Il dit : « De grâce, mes frères, ne commettez pas le mal ! Voici, j’ai deux filles qui ne se sont unies à aucun homme. Je vais vous les amener, et vous leur ferez ce que bon vous semblera. Mais à ces hommes ne faites rien : ils sont venus s’abriter sous mon toit. » Ils répliquèrent : « Ôte-toi de là ! » Et ils ajoutèrent : « Lui, le seul étranger, il voudrait juger ! À toi, nous ferons plus de mal qu’à eux ! » Ils bousculèrent Loth et s’approchèrent pour enfoncer la porte. Mais les deux hommes étendirent la main et firent rentrer Loth dans la maison, auprès d’eux. Et ils refermèrent la porte. Ils frappèrent de cécité les hommes qui se trouvaient à l’extérieur de la maison, du plus petit au plus grand, si bien que ceux-ci ne purent trouver l’entrée. Les deux hommes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici avec toi ? Gendre, fils, filles, tous ceux qui sont avec toi dans la ville, fais-les sortir de ce lieu. Car nous allons le détruire. Elle est grande à la face du Seigneur, la clameur qui s’est élevée contre ses habitants, et le Seigneur nous a envoyés pour détruire ce lieu’ » (Gn, 19, 1-13).

%d blogueurs aiment cette page :