Archivio e Percorso Storico di Ateneo


Archives et parcours historique de l’Athénée. Rectorat de l’Università degli Studi de Sienne

Banchi di Sotto, 55. Sienne.

  • Se rendre sur place :


Le parcours d’exposition illustre l’histoire de l’athénée du XIVe s. à 1955 et s’articule autours de cinq salles :

La première salle est dédiée à la naissance de l’Università degli Studi di Siena. Y sont exposés les objets les plus anciens et les plus précieux de la collection comme le sceau de bronze datant du XIVe s. contenant l’image de la sainte Catherine d’Alexandrie, protectrice de l’université, ainsi que la Mazza del Bidello du Studio siennois exécutée 1440 par un orfèvre siennois, comportant également l’image de la sainte Protectrice.

Dans la deuxième salle, sont exposés des documents se rapportant au XVIIe siècle, comme la Riforma del Generale Studio publiée en 1589 par le Grand-duc de Toscane Ferdinand I de Médicis, par laquelle les concours pour la chaire ont été institués, et la conférence lue la même année par Diomède Borghesi au début des leçons de “Tosca Favella”, le premier cours de langue italienne organisé en Italie.

La troisième salle est réservée à la consultation des documents d’archives. On y trouve des bustes de professeurs du XIXe siècle et la bannière offerte par le Comité des patronnes siennoises en 1902 aux étudiants membres de l’association maçonnique Corda Frates [1]La Fédération internationale des étudiants (Federazione internazionale degli studenti), plus connue sous l’appellation Corda Fratres, est née à Turin en 1898 sous l’égide d’Efisio Giglio-Tos, alors président de l’Associazione Universitaria Torinese. Parmi ses membres et les présidents successifs se trouvent des noms illustres (Angelo Fortunato … Poursuivre.

La quatrième salle est consacrée aux XVIIIe et XIXe siècles. Ici sont exposés les registres des Revues, les convocations auxquelles les étudiants étaient astreints au XVIIIe siècle, les « bulletins » utilisés pour tirer au sort les questions d’examen et le sablier pour vérifier le temps imparti au candidat pour formuler sa réponse. Sont également exposés des armes et autres reliques de la bataille de Curtatone et Montanara [2]La bataille de Curtatone et Montanara est un épisode de la première guerre d’indépendance italienne. Elle eut lieu le 29 mai 1848, lorsque les forces autrichiennes de Josef Radetzky, quittant Mantoue, tentèrent de contourner l’armée piémontaise. Les Autrichiens attaquent le point faible du déploiement avancé de Carlo Alberto de Savoie, constitué des contingents toscans et … Poursuivre, qui, le 29 mai 1848, pendant la Première Guerre d’Indépendance, a vu les étudiants des universités de Sienne et de Pise se battre avec l’armée piémontaise contre les Autrichiens.

La cinquième salle est consacrée aux XIXe et XXe siècles. Parmi les objets exposés, se distinguent le drapeau tricolore de la garde universitaire de 1848 et l’uniforme porté par Carlo Corradino Chigi [3]Carlo Corradino Chigi di Camollia (Sienne, 1802 – Fivizzano, 1881) : militaire et homme politique italien. lors de la bataille de Curtatone et du Montanara ainsi que thèse présentée en 1923 par Carlo Rosselli [4]Carlo Alberto Rosselli (Rome, 1899 – Bagnoles-de-l’Orne, 1937) était un militant, journaliste, philosophe, historien et antifasciste italien. Il fut le théoricien du « socialisme libéral », un socialisme réformiste non marxiste directement inspiré du travail britannique et de la tradition historico-politique, italienne et autre, du radicalisme libéral et libertaire. En … Poursuivre.

Notes

Notes
1 La Fédération internationale des étudiants (Federazione internazionale degli studenti), plus connue sous l’appellation Corda Fratres, est née à Turin en 1898 sous l’égide d’Efisio Giglio-Tos, alors président de l’Associazione Universitaria Torinese. Parmi ses membres et les présidents successifs se trouvent des noms illustres (Angelo Fortunato FormigginiGiovanni PascoliGuglielmo MarconiGabriele D’Annunzio). La Corda Fratres a sombré durant la période fasciste face à l’activisme Gruppi Universitari Fascisti et, de manière plus étonnante, de la Federazione universitaria dei cattolici italiani, alors alliés de circonstance.
2 La bataille de Curtatone et Montanara est un épisode de la première guerre d’indépendance italienne. Elle eut lieu le 29 mai 1848, lorsque les forces autrichiennes de Josef Radetzky, quittant Mantoue, tentèrent de contourner l’armée piémontaise. Les Autrichiens attaquent le point faible du déploiement avancé de Carlo Alberto de Savoie, constitué des contingents toscans et napolitains cantonnés entre les deux villes de Curtatone et Montanara.

Le déploiement italien avancé fut débordé, mais sa résistance acharnée permit à l’armée piémontaise de s’organiser et d’éviter d’être contournée, battant alors les Autrichiens dans la bataille de Goito qui constitue la suite de l’affrontement qui eut lieu entre Curtatone et Montanara.

3 Carlo Corradino Chigi di Camollia (Sienne, 1802 – Fivizzano, 1881) : militaire et homme politique italien.
4 Carlo Alberto Rosselli (Rome, 1899 – Bagnoles-de-l’Orne, 1937) était un militant, journaliste, philosophe, historien et antifasciste italien.

Il fut le théoricien du « socialisme libéral », un socialisme réformiste non marxiste directement inspiré du travail britannique et de la tradition historico-politique, italienne et autre, du radicalisme libéral et libertaire. En 1925, il fonde à Florence le journal clandestin Non Molla et en 1926, avec le socialiste Pietro Nenni, la revue milanaise Il Quarto Stato. En 1929, il fonde également le mouvement antifasciste Giustizia e Libertà à Paris, qui en 1936 combattit pour la République pendant la guerre civile espagnole, au sein de la colonne Rosselli italienne, établie avec les anarchistes. En 1937, il est assassiné en France avec son frère Nello par des membres de la Cagoule, mouvement d’extrême-droite lié au régime fasciste italien.

Laisser un commentaire