Porta di Stalloreggi o Arco delle Due Porte o Due Porte

Porte de Stalloreggi ou Arc aux Deux Portes ou Les Deux Portes

Se rendre sur place :

La Porte de Stalloreggi est située au bas du Pian dei Mantellini. Son appellation populaire – Due Porte – ne doit rien au hasard : comme on peut encore le constater, elle était effectivement constituée, à l’origine, d’un arc à double entrée. [1]Dans les années 1230-31, lors de la Guerre des Six Ans contre Florence, l’une des deux ouvertures a été murée, et l’autre rénovée à la suite de la désastreuse défaite de San Vito (15 juin 1230), et de l’invasion des Florentins qui provoqua des dévastations dans le nord de la cité.. Une autre porte de la ville, la Porta Salaria, déjà nommée ainsi en 1067 [2]Archivio di Stato di Firenze, Diplomatico Passignano, 1067 Agosto: “… Porta que dicitur Salaia” ., devait également avoir une structure à arche double, comme on peut le déduire du blason de la Compagnie d’armes du même nom, qui représentait deux arches blanches sur fond rouge au sommet desquelles se détache un coq blanc. Son emplacement dans la zone de l’actuelle Costarella dei Barbieri peut se deviner à la lecture d’un paiement de la Biccherna daté de 1329 à certains maîtres (parmi lesquels se distingue le célèbre sculpteur Camaino di Crescentino) qui se termine à Campum Fori en pede Porte Salarie [3]ASS, Biccherna n. 162, juillet 1329 – décembre 1329, c. 139v (20 décembre) : « Item II libras magistro Camaino et magistro Angelo Venture, magistero Dino Compagni e magistro Bertino Salvucci, videlicet decem soldos pro quolibet pro eorum salario, quia terminaverunt Campum Fori in pede Porte Salarie »..

« La porte à deux arche appartient à un style architectural qui remonte à la fin de l’époque romaine, précisément à la fin du IIIe siècle, à l’époque de l’empereur Aurélien (270-275). À Rome, les portes donnant sur les grandes voies de communication avec le nord et le sud de la Péninsule, ainsi qu’avec les ports, telles l’Appia, l’Ostiense, la Portuense et la Flaminia, étaient conçues sur un schéma similaire, généralement avec un appareil en travertin et des tours rondes à l’extérieur. Cependant, ce motif architectural n’était pas exclusivement réservé à la capitale : on pense à la célèbre Porta Nigra de Trèves (vers 258-267 ap. J.-C.), grande construction conçue comme la façade d’un palais colossal, avec deux entrées cintrées au fond et deux ordres de fenêtres au-dessus, et décorées de demi-colonnes engagées. Les portes de Vérone, Milan, le Wardar de Salonique sont également semblables, de même que la Porta Palatina de Turin, bien que de beaucoup antérieure. Sous l’Empire d’Arcadius et d’Honorius (IVe siècle ex-Ve siècle av.), lors des premières invasions barbares, presque toutes les portes furent réduites à une seule arche […] afin de permettre une meilleure défense ; cette disposition marqua la fin de ce type de modèle au Moyen Âge. La position de ces doubles portes pourrait donc identifier la zone probablement occupée par la Colonie romaine et il est possible que leur construction remonte à la fin du IIIe siècle de notre ère, période à laquelle la double arche s’est répandue dans tout l’Empire romain [4]P. Brogini, Lo sviluppo urbanistico di Siena
fino all’età precomunale
, Tesi di Laurea discussa presso la Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Siena nell’ a.a. 1991- 1992, relatore Prof. D. Balestracci , pp. 50- 51.
. Cette hypothèse suggestive doit, bien entendu, être étayée à l’aide de prospections et de vérifications archéologiques appropriées. » [5]Paolo Brogini, « L’individuazione della Siena romana ed altomedioevale: alcune considerazioni e nuove ipotesi », dans Fabio Gabbrielli (dir.) Siena e le origini. Dal mito alla storia, Sienne, Accademia dei Rozzi, vol. 10, 18, 2003, pp. 6-14. https://www.accademiadeirozzi.it/wp-content/uploads/2014/03/numero18.pdf

En fait, il n’existe aucune preuve iconographique au-delà du blason de la Compagnie armée de la Porta Salaria mentionné ci-dessus. De plus, le complexe structurel des Deux Portes semble sans équivoque interpréter des styles architecturaux se référant au début du XIIIe siècle, ou, le cas échéant, à la fin du précédent ; cependant […], il est inséré dans un mur de blocs de tuf beaucoup plus ancien [6]Sur la présence d’une enceinte fortifiée incluant la “forteresse” du col de Castelvecchio, voir A. Lenocini, “Siena in fasce”. Topografia e immagini della Sena Vetus, Monteriggioni (SI) 1998..

Notes

Notes
1 Dans les années 1230-31, lors de la Guerre des Six Ans contre Florence, l’une des deux ouvertures a été murée, et l’autre rénovée à la suite de la désastreuse défaite de San Vito (15 juin 1230), et de l’invasion des Florentins qui provoqua des dévastations dans le nord de la cité.
2 Archivio di Stato di Firenze, Diplomatico Passignano, 1067 Agosto: “… Porta que dicitur Salaia” .
3 ASS, Biccherna n. 162, juillet 1329 – décembre 1329, c. 139v (20 décembre) : « Item II libras magistro Camaino et magistro Angelo Venture, magistero Dino Compagni e magistro Bertino Salvucci, videlicet decem soldos pro quolibet pro eorum salario, quia terminaverunt Campum Fori in pede Porte Salarie ».
4 P. Brogini, Lo sviluppo urbanistico di Siena
fino all’età precomunale
, Tesi di Laurea discussa presso la Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Siena nell’ a.a. 1991- 1992, relatore Prof. D. Balestracci , pp. 50- 51.
5 Paolo Brogini, « L’individuazione della Siena romana ed altomedioevale: alcune considerazioni e nuove ipotesi », dans Fabio Gabbrielli (dir.) Siena e le origini. Dal mito alla storia, Sienne, Accademia dei Rozzi, vol. 10, 18, 2003, pp. 6-14. https://www.accademiadeirozzi.it/wp-content/uploads/2014/03/numero18.pdf
6 Sur la présence d’une enceinte fortifiée incluant la “forteresse” du col de Castelvecchio, voir A. Lenocini, “Siena in fasce”. Topografia e immagini della Sena Vetus, Monteriggioni (SI) 1998.
%d blogueurs aiment cette page :