Bartolomeo Varnucci, « Nardo Maria pistico »

Bartolomeo Varnucci (Florence, entre 1412 et 1413 – 1479) [1]L’écriture calligraphiée et la notation musicale sont l’œuvre du moine copiste Alexandro da Sesto ; les initiales ornées avec des encres colorées ont été exécutées par le moine Bartolomeo da Ferrara.

Nardo Maria pistico [2]« Nardo Maria pistico unxit beatos domini pedes rigando lacrimis et detergendo crinibus » (Le texte évoque Marie Madeleine, qui a « oint les pieds bénis du Seigneur en les arrosant de larmes et en les essuyant avec ses cheveux »). Hymne attribué au pape Grégoire le Grand, VIe s.).. Marie Madeleine,

Tempéra et or sur parchemin,

Antiphonaire X. Antiennes des Vêpres et hymnes des Nocturnes de nombreuses fêtes.

Provenance : Monastère olivétain de Monte Oliveto Maggiore, Chiusure, (Asciano).

Chiusi, Museo della Cattedrale.

L’initiale figurée (f. 65r) évoque précisément le texte de l’hymne [3]Un hymne est un chant solennel écrit à la louange de Dieu, qui doit être chanté au cours d’un office religieux selon les lois musicales régulières propres au jour ou à la fête qui est célébrée. dont elle constitue l’introduction : l’enlumineur florentin Bartolomeo Varnucci y a représenté Marie Madeleine tenant en main le vase d’huiles précieuses dont, selon les Evangiles, elle aurait oint les pieds de Jésus avant de les essuyer avec sa longue chevelure.

L’initiale P (Petrus beatus [4]« Petrus beatus catenarum laqueos Christo iubente rupit mirabiliter ; custos ovilis et doctor Ecclesiae, pastorque gregis, convervator ovium arcet luporum truculentam rabiem » (« Sur ton ordre, Seigneur, Pierre le bienheureux, sait merveilleusement briser toutes les chaînes. Gardien de ton bercail, il enseigne l’Église ; berger de ton … Poursuivre)

Notes

Notes
1 L’écriture calligraphiée et la notation musicale sont l’œuvre du moine copiste Alexandro da Sesto ; les initiales ornées avec des encres colorées ont été exécutées par le moine Bartolomeo da Ferrara.
2 « Nardo Maria pistico unxit beatos domini pedes rigando lacrimis et detergendo crinibus » (Le texte évoque Marie Madeleine, qui a « oint les pieds bénis du Seigneur en les arrosant de larmes et en les essuyant avec ses cheveux »). Hymne attribué au pape Grégoire le Grand, VIe s.).
3 Un hymne est un chant solennel écrit à la louange de Dieu, qui doit être chanté au cours d’un office religieux selon les lois musicales régulières propres au jour ou à la fête qui est célébrée.
4 « Petrus beatus catenarum laqueos Christo iubente rupit mirabiliter ; custos ovilis et doctor Ecclesiae, pastorque gregis, convervator ovium arcet luporum truculentam rabiem » (« Sur ton ordre, Seigneur, Pierre le bienheureux, sait merveilleusement briser toutes les chaînes. Gardien de ton bercail, il enseigne l’Église ; berger de ton troupeau, il sauve les brebis, en écartant les loups et leur rage féroce »). Hymne pour le jour de saint Pierre aux liens.
%d blogueurs aiment cette page :