Ugolino di Nerio, « Crocifissione con San Francesco »

fullsizeoutput_36ac.jpeg

Ugolino di Nerio (documenté de 1317 à 1327)

Crocifissione con San Francesco (Crucifixion avec saint François), date ?

Tempéra sur panneau, 67 x 44,5 cm.

Provenance : ?

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Autour du Christ crucifié sont figurés la Vierge de douleurs et Jean l’Evangéliste. Prosterné aux pieds de la croix, saint François entretient avec la scène principale une relation anachronique mais pleine de sens, fréquente dans la production picturale en général et habituelle dans la peinture, notamment religieuse, de la période concernée.

L’intensité du pathos tout gothique qui transpire de la scène et que l’usure de la feuille d’or vient encore, mais involontairement, souligner, n’est pas sans évoquer celui d’un Duccio, tandis que la puissance plastique des formes, la présence des corps et leur poids dans un espace quasi bidimensionnel hormis les quelques rochers sur lesquels ils prennent appui, pourraient ne pas être passés inaperçus des frères Lorenzetti.

La présence de saint François est remarquable par son anachronisme [1] et indique une vénération particulière vouée à ce saint de la part du ou des commanditaires.

[1] La situation est fréquente en peinture, qui consiste à regrouper des personnages sacrés ayant vécu à des années ou de siècles de distance les unes des autres. C’est notamment le cas d’un type de peinture appelé en Italie, Sacra Conversazione. Une Sacra Conversazione met en présence des saints d’époques variées, comme s’ils étaient réunis pour une conversation que l’on devine nécessairement consacrée aux personnages divins.