Pietro Lorenzetti, Panneau central de la « Pala del Carmine »

tXgO8iVURmulUi%mDaFoKA.jpg

Pietro Lorenzetti (connu à Sienne de 1305 à 1345)

Madonna in trono col Bambino fra quattro Angeli, San Nicola e il profeta Elia (Vierge à l’Enfant en majesté entourée de quatre anges, saint Nicolas et le prophète Elie), 1329 (datée et signée).

Panneau central de la Pala del Carmine, tempéra sur panneau, 169 x 148 cm. (sans le compartiment de prédelle).

Inscriptions :

  • sur la base du trône de la Vierge : «  PETRUS LORENTII DE SENIS ME PINSIT A.D. MCCCXXVIII[I] »
  • au-dessous de saint Nicolas : « S. NICHOLAUS »
  • au-dessous du prophète Elie : « ELYAS PROPHETA »
  • sur le rouleau tenu en main par le prophète Elie : « VERUMTAMEN NUNC MITTE ET CONGREGA AD ME UNIVERSUM ISRAEL IN MONTE CARMELO ET PROPHETAS BAAL QUADRINGENTOS QUINQUAGINTA [1] … »

Provenance : Oratorio della Compagnia di Sant’Ansano, Dòfana (Sienne). A l’origine, église du Carmine, Sienne.

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

La Vierge, assise sur un large trône entouré de quatre anges, porte le Christ sur ses genoux. Jusqu’ici, rien de très inattendu. A gauche, Nicolas de Bari, Patron de l’Eglise, se tient debout vêtu de son costume d’évêque. Face à lui, à droite, apparaît la figure du prophète Elie que nous voyons déplier ostensiblement un rouleau sur lequel il est possible de lire distinctement un verset du premier Livre des Rois. Ce verset (voir note ci-dessous) fait allusion au défit lancé par Elie au roi Acab lorsqu’il fit en sorte que tous les prêtres de Baal se réunissent sur le mont Carmel. L’Enfant Jésus semble lire non sans déplaisir le texte que présente le prophète.

S’agissant d’un type de représentation que les italiens nomment Sacra Conversazione [2], il n’est pas étonnant que les traces d’un échange silencieux entre les personnages apparaissent. De fait, le Christ, qui se retourne aux yeux de tous vers Elie pour lui envoyer un signe de la main, marquant ainsi son acquiescement, ne fait que répéter (ou anticiper, comme on voudra) celui, plus discret mais pourtant bien visible qu’adresse également la Vierge au prophète Elie : la position de sa main droite ne fait aucun doute quant à l’approbation qu’elle exprime sous la forme d’une bénédiction, l’index et le majeurs pointés vers lui.

[1] La citation complète, extraite de l’Ancien testament, Premier livre des rois, 18, est la suivante : « verumtamen nunc mitte et congrega ad me universum Israhel in monte Carmeli et prophetas Baal quadringentos quinquaginta « prophetasque lucorum quadringentos qui comedunt de mensa Hiezabe » : « Fais maintenant rassembler tout Israël auprès de moi, à la montagne du Carmel, et aussi les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes d’Astarté qui mangent à la table de Jézabel ».

[2] Une Sacra Conversazione (ou Conversation sacrée) est un panneau de retable sur lequel sont mis en scène plusieurs personnages sacrés, fussent-ils d’époques diverses, pour établir visuellement entre eux une réunion qui puisse s’apparenter à sorte de dialogue ou de conversation.