Auteur non identifié, « Il Duomo di Siena »

Duomo Siena.png

Ospedale Santa Maria della Scala (Hôpital Santa Maria della Scala)

Auteur non identifié

Il Duomo di Siena (La cathédrale de Sienne), première moitié du XIVe s.

37,2 x 29,7 cm.

Archivio di Stato di Siena, n° 95

Inscription : « LIBRO SU EL PADRONAGIO C’HA LO SPEDALE NEL DUOMO E PER LE CHIESE »

Provenance : Archives de l’Ospedale Santa Maria della Scala

Cette vue du duomo, ou cathédrale, de Sienne nous montre l’édifice d’une manière très simplifiée et ne correspondant pas avec exactitude à celui qu’elle présentait au Trecento. Mais l’essentiel est la façon dont l’œuvre, sans même sembler rechercher l’exactitude de la réalité, parvient à représenter ce qui fait l’essence de l’édifice dans son caractère immuable, reconnaissable quelle que soit l’état de la construction et de ses variations au cours de la très longue période de sa construction marquée d’hésitations et de nombreuses modifications du programme initial.

Quoi qu’il en soit, dans une figuration de l’espace et des volumes encore pleine d’incertitudes et d’« erreurs » dues au caractère empirique de la mise en œuvre de la perspective, les éléments les plus caractéristiques de l’édifice reconnaissable entre tous sont bien en place, à commencer par la bichromie[1] si particulière des matériaux utilisée dans la construction, le dôme un peu petit à l’échelle de l’édifice, le campanile et la façade dont les proportions réelles semblent malmenées tant l’effort de présenter le volume de l’édifice sur la surface plane de la tablette a dû être grand. Il en résulte, comme toujours dans l’art siennois des XIIIe-XVe siècles, un charme qui doit également ici beaucoup au caractère quelque peu cubiste (bien avant la lettre !) de la représentation et à l’accord parfait qu’elle forme avec la sublime calligaphie de l’inscription. La présence de la couleur noire et son usage plastique met en résonance le dessin linéaire qui structure les façades du duomo et celui, tout aussi linéaire dela calligraphie de l’inscription, formant un ensemble d’une rigoureuse et intemporelle beauté.

Cette tablette constituait la couverture d’un registre de l’Ospedale Santa Maria della Scala, institution d’une immense importance dans l’organisation de la cité de Sienne sur les plans social et économique. Actif depuis le XIIe siècle, l’Ospedale fut, depuis les origines, un hospice accueillant les pélerins se rendant à Rome par la via Francignena dont Sienne était l’une des étapes importantes, un lieu d’assistance et de soins pour les indigents, les malades et les enfants. L’administration de ce très vaste complexe, dont les possessions s’étendaient sur tout le territoire siennois et au delà, et comprenaient également plusieurs patronnages sur les églises et les chapelles de Sienne, en premier lieu sur la cathédrale.

[1] Le noir et le blanc des matériaux renvoie aux couleurs de l’emblème de la ville.