‘Il Sassetta’, « Madonna dell’Umiltà »

8D1770D3-B99B-446F-A00D-29465BAFF8B8.jpeg

Stefano di Giovanni dit ‘Il Sassetta’ (Cortone ?, fin du XIVe s. – Sienne, 1450)

Madonna dell’Umiltà (Vierge de l’Humilité), vers 1435.

Huile et or sur panneaux, 74 x 53 cm.

Provenance : Église de San Giovanni Evangelista, Basciano (Siena).

Après avoir été attribuée à un certain « Castelli-Mignatelli Master », également appelé « Maître de Pienza », l’œuvre a été rendue à Sassetta par Enzo Carli [1]. Elle possède d’ailleurs beaucoup des principales caractéristiques de ce peintre, en particulier l’extrême raffinement du traitement pictural, le sens inné de l’élégance des formes et des ornements (voir le détail du travail des auréoles), toutes qualités probablement héritées de l’art de Masolino qui, avec les Lorenzetti, fut parmi les artistes qui ont beaucoup influencé l’art de Sassetta.

Les petites dimensions du panneau nous indiquent qu’il s’agit certainement d’une œuvre destinée à une dévotion privée. Le modèle iconographique est celui, d’inspiration byzantine, de la Vierge de l’Humilité. La Vierge est assise sur un coussin de brocard d’or que l’on devine derrière elle, et que confirme la position de ses jambes pliées à angle droit. Ce coussin est lui-même posé à même le sol couvert d’un carrelage à l’ornementation sophistiquée. Le tout est de la plus grande délicatesse, tant dans l’expression des visages que dans le traitement miniaturiste des cheveux qui semblent être peints un à un. La beauté songeuse et frêle de la Madone fait contraste avec le physique herculéen de l’Enfant Dieu qu’elle présente au spectateur, ou mieux, au dévot agenouillé devant elle, à la manière d’une odigitria, modèle que confirme le geste de bénédiction qu’adresse le Christ à celui qui le regarde, tandis que de sa main gauche, il semble faire un signe de paix.

[1] CARLI 1989, p. 54.