Oratorio superiore di San Bernardino, Sienne

0rZ4ofxbTGeeGGLtg9quEQ.jpg

Oratoire supérieur de Saint Bernardin

Le décor peint constitue essentiellement un hymne à la Vierge Marie, patronne de la Compagnie de Saint Bernardin de Sienne, comme elle l’est aussi de la cité elle-même.

Huit scènes de la vie de la Vierge ont été peintes par trois des plus grands artistes siennois [1] de la première moitié du XVIe s., Domenico Beccafumi, le Sodoma et Girolamo del Pacchia. Le retable au-dessus de l’autel est peint à tempera sur bois, toutes les autres sont des fresques. Pour en augmenter encore la splendeur, elles ont été séparées entre elles par des pilastres de bois sculpté, peint et doré qui contribuent aussi à .a cohérence de l’ensemble.

Le programme iconographique s’organise à partir de la scène peinte à la place d’honneur, sur l’autel, une Sainte Conversation : la Vierge présente son fils ; celui-ci est debout sur les genoux de sa mère ; de part et d’autre, une Annonciation : les deux protagonistes, distants l’un de l’autre, évoquent par leur dialogue en cours, le mystère de l’Incarnation.
En face, entre deux fenêtres ouvrant sur la place de San Francesco, le Christ est à nouveau présent mais pour, cette fois, seulement, pour ainsi dire, afin de couronner sa mère.

Les autres œuvres sont, pour six d’entre elles, entièrement consacrées à la Vierge Marie, patronne de la Compagnie propriétaire de l’oratoire, et à quatre des principaux saints de l’Ordre franciscain, dont son créateur en personne.

Œuvres constituant le cycle, en commençant à gauche de l’entrée et en poursuivant dans le sens des aiguilles d’une montre :

[1] Le Sodoma, né a Vercelli, peut cependant être considéré comme un siennois d’adoption.

%d blogueurs aiment cette page :