Lorenzo di Pietro, dit ‘Il Vecchietta’, « Cherubino

C17F9A36-671D-43F4-8413-186D2B97C867

Lorenzo di Pietro, dit ‘Il Vecchietta’ (Premières années du XVe siècle – 1480)

Cherubino (Chérubin)

Tempera et or sur panneau.

Sienne, Museo dello Spedale di Santa Maria alla Scala.

Comme son jumeau (les chérubins sont tous nécessairement jumeaux) placé à l’autre extrémité du cadre de l’Arliquiera, se dissimule à droite un second angelot bleu traité en symétrique. Pas plus que les autres figures représentées ici celles des deux chérubins n’ont de visée décorative, même si elles elles sont peintes sur les deux vantaux d’une armoire. Leur présence à tous deux exprime la proximité invisible du personnage placé au plus haut de la hiérarchie céleste, celui près duquel, selon les textes, ils se tiennent en permanence en compagnie des séraphins, leurs cousins, celui, encore, dont il est écrit qu’ils constituent le trône céleste sur lequel il prend place, celui, enfin dont le Christ est à la fois l’émanation et, pour ainsi dire, l’équivalent : Dieu le Père lui-même. Ainsi, derrière deux séraphins qui se dissimulent dans les recoins du cadre d’une armoire à reliques (au sommet, tout de même, de cette armoire) se dissimule aussi l’omniprésence du Dieu Éternel, pas moins.