Antonio Federighi, Sibilla Eritrea

Sibilla Eritrea.png

Antonio Federighi (Sienne, 1411 – Sienne, 1490)

Sibilla Eritrea, 1482.

Marqueterie de marbres polychromes.

Inscriptions :

  • sur le panneau posé au sol : « SIBYLLA ERITHRÆA QVAM APPOLODORUS SVAM AIT ESSE CIVEM. » [1]
  • sur le livre ouvert installé sur un lutrin : « DE EXCELSO CÆLORVM HABITACVLO PROSPEXIT DOMINVS HVMILES SVOS ET NASCITUR IN DIEBVS NOVISSIMVS DE VIRGINE HABRAÆA IN CUNABULIS TERRÆ » [2]

Sienne, Duomo.

[1] « La sibylle d’Érithrée qu’Appolodore considérait comme l’une de ses concitoyennes. »

[2] « De sa céleste demeure, Dieu a tourné le regard vers ses humbles serviteurs ; il naîtra aux derniers jours d’une vierge du peuple hébreu dans le berceau de la terre. » L’acrostiche qui annoncerait la venue de Jésus Christ se trouve dans les livres sibyllins que Lactance attribue à la sibylle (Lucius Caecilius Firmianus, dit Lactance : rhéteur né vers 250 à Civitas Popthensis, en Afrique romaine et mort vers 325 ; surnommé le « Cicéron chrétien » en raison de l’élégance de sa prose latine).