Pittore senese (Cristoforo di Bindoccio e Meo di Pero ?), « L’incredulità di Tommaso »

FF354918-6332-45EB-81AF-66245D65DDD9.jpeg

Peintre siennois (Cristoforo di Bindoccio [actif à Sienne de 1360 à 1409] et Meo di Pero ([actif à Sienne et documenté entre 1370 et 1407]) ?

L’incrédulité de Thomas

(détail des Storie della vita di Cristo (Histoires de la vie du Christ), seconde moitié du Trecento (vers 1350 ?).

Tempera sur panneaux, 156 x 154 cm. (dimensions de l’ensemble).

Provenance : Église de San Niccolò, Spedaletto (ou Spedale di Santa Maria della Scala, Sienne ?).

Pienza, Museo Diocesano.

Voir « Iconographie de la vie du Christ » : L’incrédulité de Thomas

Dans une composition qui vient directement de la même scène peinte par Duccio dans le couronnement du revers de la Maestà siennoise, Thomas vérifie la véracité de la Résurrection du Christ en mettant, à la demande de celui-ci, la main sur la plaie qu’il porte au flanc. Ce qui ne vient pas du modèle élaboré par Duccio, c’est le second personnage qui vérifie la plaie du pied gauche de Jésus, forcément un apôtre puisqu’il est nimbé d’une auréole et que les évangiles nous disent qu’ils étaient, avec le Christ, les seuls témoins de l’événement. Auquel des apôtres est-il nécessaire également de faire vérifier l’exactitude de la Résurrection ?