Mandorle

Provenant de l’italien mandorla (amande), la mandorle est un signe, ou une figure iconographique de forme ovale (ou « en amande ») dans laquelle s’inscrivent des personnages sacrés, le plus souvent, mais pas uniquement, le Christ.

Il se peut que la mandorle soit un dérivé du clipeus romain, élément d’architecture circulaire dans lequel on pouvait insérer le portrait d’un défunt, parfois une épitaphe. Dans ce contexte, la forme du cercle dans lequel s’inscrit le personnage, à laquelle s’ajoute son implantation en hauteur dans l’espace architectural, vise à évoquer la sphère céleste.

La mandorle, figure géométrique, exprime quant à elle une dimension et une signification différentes du clipeus. Sa forme, qui résulte de l’intersection de deux cercles, doit être comprise comme la rencontre des deux mondes terrestre et céleste. La figure de la mandorle signifie l’espace par lequel passer pour parcourir le chemin entre ces deux mondes. La représentation du Christ dans une mandorle placée au tympan de la porte d’une église révèle le symbolisme du passage de l’extérieur de l’église à l’intérieur de l’église et préfigure de la même manière le passage des vivants du monde terrestre au monde céleste. Par extension, le symbole de la mandorle est utilisé à chaque fois qu’il s’agit d’exprimer l’idée d’un passage.

Une seconde symbolique de la mandorle provient directement du fruit dont elle porte le nom, l’amande. Comportant un élément nourrissant protégé par une coque qu’il faut briser pour pouvoir la manger, l’amande est le symbole de la spiritualité cachée dans l’inconnaissable, à laquelle on ne peut accéder qu’en brisant l’enveloppe extérieure qui la dissimule.