Agnolo di Tura del Grasso

Agnolo di Tura, dIt « Il Grasso » (Sienne, XIVe s.) : chroniqueur siennois.

On sait très peu de choses sur lui, sinon qu’il était cordonnier de profession et qu’il poursuivit la rédaction de la Cronaca Senese initiée par Andrea Dei. Dans les pages écrites par Agnolo di Tura de 1329 à 1351, ce sont essentiellement des souvenirs de la vie quotidienne qui sont rapportés. L’auteur parle de lui à la première personne dans un passage du texte où il évoque tragiquement la peste noire de 1348, au cours de laquelle la population de la ville fut – à proprement parler – décimée :

“E io Agnolo di Tura, detto Grasso, sotterrai i miei figlioli co’ le mie mani; e anco furo di quelli che furono sì mal coperti di terra, che li cani ne trainavano, e ne mangiavano di molti corpi per la città.“ [1]

[1] « Moi, Agnolo de Tura, appelé Grasso, j’enterrai mes petits enfants de mes propres mains ; et pourtant, ils furent du nombre de ceux qui furent si mal couverts de terre que les chiens en traînaient et en dévoraient les corps à travers la ville. »