Joachim Murat

Joachim Murat [1] (Labastide-Fortunière (Quercy), 1767 – Pizzo (royaume de Naples), 1815), militaire, beau-frère de Napoléon I par son mariage avec Caroline Bonaparte, haut dignitaire du Premier Empire. Fait maréchal d’Empire et prince français par Napoléon, il est également grand amiral de l’Empire, grand-duc de Berg et de Clèves, puis roi de Naples à partir de 1808 sous le nom de Giovacchino I (Joachim I).

“Murat commandait l’avant-garde de l’armée dont nous faisions partie et il était chaque jour avec nous. Son costume tout à fait théâtral aurait jeté du ridicule sur tout autre mais il semblait fait à sa taille et accompagnait parfaitement une valeur toute brillante qui n’appartenait qu’à lui. Ses chevaux avaient un harnachement bizarre mais magnifique et la grâce avec laquelle il les maniait relevait encore leur beauté. Sa bravoure était tellement reconnue dans l’armée et on était si accoutumé à le voir au milieu du feu le plus épais que les aides de camp ou officiers d’ordonnance qui avaient des ordres à lui transmettre ou des informations à lui donner, se dirigeaient toujours sur le point où l’on se battait et du côté où l’attaque paraissait la plus vive ; ils étaient sûrs de l’y trouver. C’était le beau idéal du courage. » [2]

“Le roi de Naples était vraiment sublime au feu, le meilleur officier de cavalerie du monde. Au combat c’était ‘un césar’, mais hors de là, ‘presque une femme’ […] Murat avait un très grand courage et fort peu d’esprit. La trop grande différence entre ces deux qualités l’explique en entier « , Napoléon à Sainte-Hélène, s’adressant à Las Cases en 1816.

[1] On le connaît en Italie sous le nom de Giovacchino Murat.

[2] Mémoires du général Griois : 1792-1822. PARIS, 1909.