Spinello Aretino, « Il rogo dei antipapi »

Spinello Aretino (Arezzo, vers 1350 – 1410)

Il rogo dei antipapi (Le bûcher des antipapes), 1408.

Fresque, 280 x 370 cm.

Provenance : In situ.

Sienne, Palazzo Pubblico, Sala di Balìa.

Quatre antipapes attendent d’être mis à mort sur le bûcher. L’un d’eux est déjà lié parmi les bottes de pailles auquel le bourreau s’apprête à mettre le feu, les trois autres attendent que vienne leur tour derrière les barreaux. Quatre antipapes, c’est un de plus que le nombre de ceux qui, au cours du règne d’Alexandre, furent élus successivement pour le tenir en échec : Victor IV (1160), Pascal III (1164) et Calixte III (1168). C’est donc avec un épisode doublement légendaire que se conclut l’histoire d’Alexandre, et cette condamnation au bûcher qui n’a jamais existé est une autre manière de dénier aux trois usurpateurs (peu importe d’ailleurs leur nombre exact) la moindre place dans la mémoire des hommes. L’Histoire, fort heureusement, veille à conserver l’exactitude des faits. La légende, quant à elle, raconte des histoires, parfois pour rendre la réalité moins triviale, souvent pour l’embellir et lui donner davantage de lustre. Quoi de mieux pour l’image d’un grand pape aux yeux de la postérité que la punition de ses opposants voulue par une destinée sévère ?