Antonio Federighi, « Motivo decorativo con i cervi affrontati »

Antonio Federighi (Sienne, 1420 – 1483)

Motivo decorativo con i cervi affrontati (Motif décoratif aux biches affrontées),

Marqueterie de marbres.

Provenance : Cathédrale de Santa Maria Assunta, Sienne.

Sienne, Museo dell’Opera, Sala delle Statue.

Selon Marilena Caciorgna, « la grâce et l’élégance du dessin des biches, alliées à la ré-élaboration des motifs classiques, renvoient au génie d’un grand artiste, lequel pourrait […] être Antonio Federighi. Le sculpteur d’au moins deux des travaux d’Hercule dans la Cathédrale (Ercole e il leone di Nemea et Ercole sconfigge il centauro Nesso [1]Hercule et le lion de Némée et Hercule vainc le centaure Nessus.) représentés dans le Pozzetto del Sabato Santo [2]Puits du Samedi Saint. semble évoquer, avec ce motif, la troisième épreuve du héros. Eurysthée ordonne à Hercule de capturer, près de Cérinée, une splendide biche, aux cornes d’or et aux sabots d’argent, consacrée à la déesse Artémis. L’animal courut vite, sans jamais s’arrêter, enchantant le poursuivant qui fut contraint de se perdre au milieu des bois. Ce n’est cependant pas pour cette raison […] que le cerf apparaît sur le pavement mais plutôt parce que dans l’antiquité classique et dans la tradition chrétienne, le cerf est considéré comme l’ennemi du serpent. Dans le Fisiologo [3]Il Fisiologo (a cura di Francesco Zambon), Milano, Adelphi edizioni, 2011, p. 67., il est dit que le cerf remplit son ventre d’eau et le verse dans les crevasses du sol où se niche le serpent-dragon, le forçant à sortir afin de le piétiner et de le tuer : « Ainsi aussi notre Seigneur a tué le grand dragon au moyen des eaux célestes de la sagesse vertueuse […]. Le Seigneur est venu chasser le grand dragon : alors le diable s’est caché dans les parties les plus profondes de la terre, comme dans une grande crevasse, et le Seigneur a versé du sang et de l’eau de sa poitrine, et nous a libérés du dragon par le lavement de régénération, et a détruit toute influence diabolique cachée en nous ». Le cerf devient ainsi le symbole du Christ qui combat le diable, tout comme l’aigle qui attrape le serpent, symbole bien connu représenté dans le bénitier à gauche et dans l’incrustation devant la chapelle Saint-Jean-Baptiste. »[4]Marilena Caciorgna, « Lo ‘spazzo’ di fronte alla cappella del Voto. Il pavimento del Duomo di Siena da Antonio Federighi a Carlo Amidei e ad Alessandro Franchi : le Sette età dell’uomo, la Religione e le Virtù teologali », dans Bollettino Senese di Storia Patria, 121, 2014, pp. 132-133.

Notes

Notes
1 Hercule et le lion de Némée et Hercule vainc le centaure Nessus.
2 Puits du Samedi Saint.
3 Il Fisiologo (a cura di Francesco Zambon), Milano, Adelphi edizioni, 2011, p. 67.
4 Marilena Caciorgna, « Lo ‘spazzo’ di fronte alla cappella del Voto. Il pavimento del Duomo di Siena da Antonio Federighi a Carlo Amidei e ad Alessandro Franchi : le Sette età dell’uomo, la Religione e le Virtù teologali », dans Bollettino Senese di Storia Patria, 121, 2014, pp. 132-133.
%d blogueurs aiment cette page :