Marco Romano

Marco Romano (actif entre la fin du XIIIe et le début du XIVe s.) : sculpteur.

On sait peu de chose sur Marco Romano sinon qu’il vécu au tournant des XIIIe et XIVe siècle et qu’il fut actif à Casole d’Elsa, Sienne, Crémone et Venise [1]Marco Romano est actif à Sienne sur le chantier de la Cathédrale, peut-être en concurrence avec Giovanni Pisano, à Venise, où il signe le San Simeone giacente en 1318 (église de San Simeone Grande), et à Crémone, ville dans laquelle il sculpte les trois statues du porche de la cathédrale (Madonna col Bambino, Sant’Imerio, Sant’Omobono).. Lié à la puissante famille gibeline des Albertini [2]Nombre d’œuvres de Marco Romano résultent de commandes provenant de messer Porrina et de son frère Ranieri, évêque de Crémone, tous deux membres influents de la famille des Albertini., le sculpteur romain qui vagabonda d’un lieu à un autre a été récemment redécouvert par l’historien de l’art Giovanni Previtali. En 2010, une importante exposition lui a été consacrée à Casole d’Elsa.

En opposition marquée avec la tension dramatique que l’on observe dans la sculpture de Giovanni Pisano, Marco Romano se caractérise par une forte composante naturaliste inspirée de l’art gothique transalpin qu’il a vraisemblablement fréquenté lors de ses déplacements. Ses talents de portraitiste font de lui l’un des artistes majeurs travaillant à Sienne au début du XIVe siècle.

Œuvres visibles à Sienne et dans le pays siennois
  • Figure maschile del portale della controfacciata. Sienne, Cathédrale de Santa Maria Assunta.
  • Crocifisso. Sienne, Basilique souterraine, dite « Crypte » de la Cathédrale
  • Crocifisso. Sienne, Basilica dell’Osservanza.
  • Crocifisso. Colle di Val d’Elsa, Museo di San Pietro.
  • Cenotafio del Porrina. Casole d’Elsa, Collegiata di Santa Maria Assunta.
  • Testa di Profeta. Museo civico, archeologico e della Collegiata.

Notes

Notes
1 Marco Romano est actif à Sienne sur le chantier de la Cathédrale, peut-être en concurrence avec Giovanni Pisano, à Venise, où il signe le San Simeone giacente en 1318 (église de San Simeone Grande), et à Crémone, ville dans laquelle il sculpte les trois statues du porche de la cathédrale (Madonna col Bambino, Sant’Imerio, Sant’Omobono).
2 Nombre d’œuvres de Marco Romano résultent de commandes provenant de messer Porrina et de son frère Ranieri, évêque de Crémone, tous deux membres influents de la famille des Albertini.
%d blogueurs aiment cette page :