‘Maestro degli Albertini’, « Maestà »

Maestro degli Albertini’ (actif à Sienne entre 1290 et 1320 environ)

Maestà (Vierge en majesté), v. 1315. [1]La date à partir de laquelle la fresque a été réalisée (terminus post quem) se situe nécessairement au cours de l’année 1296, époque où Ranieri Albertini est devenu évêque de Crémone, comme le confirme l’inscription lisible sur la fresque. Une certaine confusion a entouré les dates de décès des deux frères : Porrina est probablement mort en 1309 et Ranieri en 1312. Ada … Poursuivre.

Fresque détachée,

Inscriptions :

  • (près de la figure de gauche) : « D[OMI]N[U]S <P>ORRINA » [2]« Le seigneur Porrina. »
  • (près de la figure de droite) : « D[OMI]N(U]S RAINERIUS: / E[PISCO]P[U]S CREMONEN[SIS] » [3]« Le seigneur Ranieri (ou Rainerio), évêque de Crémone. » (Cette inscription ainsi que la précédente sont transcrite par Alessandro Bagnoli (Alessandro Bagnoli, Marco Romano : e il contesto artistico senese fra la fine del Duecento e gli inizi del Trecento, Milano, Silvana Editoriale, 2010, p. 110, note 27).

Provenance : In situ. [4]Après bien des tribulations, la fresque, détachée en 1939 de la paroi de la niche que l’on voit encore dans l’épaisseur du mur de droite, a été installée sur le mur du fond de la chapelle.

Casole d’Elsa, Collégiale de Santa Maria Assunta, chapelle de San Niccolò (ou des Albertini).

Des documents récemment découverts ont révélé que le patronyme des deux personnages en prière que l’on voit agenouillés aux pieds de la Vierge à l’Enfant n’est pas, comme on le pensait auparavant, Aringhieri mais bien Albertini [5]L’information est d’importance car elle confirme l’identité des personnages figurés et, d’une certaine manière, celle de l’auteur du cycle de fresques jusque-là connu sous le pseudonyme de ’Maestro degli Aringhieri.. À la gauche de la Vierge se trouve Ranieri Albertini, décrit dans l’inscription comme évêque de Crémone. Il est présenté par Saint Nicolas, à qui l’on sait maintenant que la chapelle était dédiée. À droite de la Vierge se trouve son frère Bernardino Albertini, connu et décrit dans l’inscription sous son surnom « il Porrina », présenté quant à lui par l’archange Michel. A y regarder de plus, l’archange comme le saint évêque posent leur main droite sur ke sommet de la tête

Notes

Notes
1 La date à partir de laquelle la fresque a été réalisée (terminus post quem) se situe nécessairement au cours de l’année 1296, époque où Ranieri Albertini est devenu évêque de Crémone, comme le confirme l’inscription lisible sur la fresque. Une certaine confusion a entouré les dates de décès des deux frères : Porrina est probablement mort en 1309 et Ranieri en 1312. Ada Labriola et Julian Gardner ont retenu l’année 1312 comme la plus tardive (terminus ante quem : « date avant laquelle »), tandis qu’Alessandro Bagnoli et Maria Merlini considèrent au contraire cette même date comme la plus précoce (terminus post quem).
2 « Le seigneur Porrina. »
3 « Le seigneur Ranieri (ou Rainerio), évêque de Crémone. » (Cette inscription ainsi que la précédente sont transcrite par Alessandro Bagnoli (Alessandro Bagnoli, Marco Romano : e il contesto artistico senese fra la fine del Duecento e gli inizi del Trecento, Milano, Silvana Editoriale, 2010, p. 110, note 27).
4 Après bien des tribulations, la fresque, détachée en 1939 de la paroi de la niche que l’on voit encore dans l’épaisseur du mur de droite, a été installée sur le mur du fond de la chapelle.
5 L’information est d’importance car elle confirme l’identité des personnages figurés et, d’une certaine manière, celle de l’auteur du cycle de fresques jusque-là connu sous le pseudonyme de ’Maestro degli Aringhieri.
%d blogueurs aiment cette page :