Francesco da Siena, « Monumento funebre di Celia Petrucci »

Francesco da Siena (Sienne, …? – …?) [1]Francesco da Siena : peintre et sculpteur. A l’exception de sa ville d’origine, aucune donnée biographique concernant cet artiste, élève de Baldassare Peruzzi au début du XVIe siècle et actif à Rome dans la première moitié du siècle, ne nous est connue. Vasari l’évoque comme « creato e discipolo di » (créé par et disciple de) Baldassare Peruzzi, faisant … Poursuivre

Monumento funebre di Celia Petrucci (Monument funéraire de Célia Petrucci), 1558 ?

Marbre.

Inscriptions :

  • (dans la frise supérieure) : « COELIA COELESTI GAUDET COMITATA THOPHEIS »
  •  (dans le cartouche) : »

Provenance : In situ,

Sienne, Museo Aurelio Castelli.

Il Conventi DELL’ Osservanza era (1192) un piccolo Eremo, dato nel 1404 a S. Bernardino, che nel 1423 vi fabricò una maestosa Chiesa, rifatta ancor più magnifica nel 1485 col disegno di Cecco di Giorgio, per ordine di Pandolfo Petrucci. Essa era stata consacrata nel 1451 dall’Arcivescovo Niccolò Piccolomini, di cui vi si vede il sepolero scolpito dal Vecchietta.

I bassirilievi della volta si dicono fatti da Cecco di Giorgio. La tenda dell’organo fu dipinta da Lorenzo Feliciati. I Iaterali della prima cappella sono d’Apollonio Nasini, quelli della seconda di Tommaso suo zio.
Nell’altare s’ammirano alcune figure di coccio lavorate dal celebre Cieco di Gambassi. Il Crocefisso dipinto dal Riccio, i laterali dal Buonfigli. L’antica tavola, posta recentemente nella cappella seguente, ha i laterali coloriti dal Burberini. Le sculture sul
maggiore altare sono di Giuseppe Mazzuoli juniore. Le quattro tele situate presso al suddetto furono condotte dal Franchini, e vari pilastri di terra vetriata sono dei Della Robbia, come la M. V. e l’ Arcangelo Gabbriello.

  1. Si ammirano nel coro alcune antiche pitture di Pietro di Giovanni, e d’Ansano di Pietro. La Cappella seguente ha un quadro colorito nel 1413 da Taddeo Bartoli (2) per le Suore di S. Petronilla. La S. Filomena è del Boschi, i laterali del Franchin i; il S. Bernardino del Montorselli, i laterali di Antonio Nasini. Nell’ultima cappella vedesi una bell’opera di Luca Della Robbia (1 ). p. 72.
    Nella sagrestia sono del Cozzarelli le plastiche figure nell’ altare appiè del quale è sepolto il celebre Pandolfo Petrucci. Ornano le parti della slessa sagrestia varie opere del Margheritone , di Stefano di Giovanni, del Casolani, e del Ramacciotti. Qui si conserva la Veste di S. Bernardino in un’urna cesellata (1472) da Francesco d’Antonio.

On dit que les bas-reliefs de la voûte auraient été réalisés par Cecco di Giorgio. Le rideau d’orgue a été peint par Lorenzo Feliciati. Les côtés de la première chapelle sont d’Apollonio Nasini, ceux de la seconde de Tommaso son oncle.
Sur l’autel, on pourra admirer des figures en faïence travaillées par le célèbre aveugle de Gambassi. Le Crucifix peint par Riccio, les latéraux par Buonfigli. L’ancien panneau, récemment placé dans la chapelle suivante, a les côtés colorés par Burberini. Les sculptures sur le maître-autel sont de Giuseppe Mazzuoli junior. Les quatre toiles situées à proximité de celles-ci ont été réalisées par Franchini, et divers travaux de terre vernissée sont de Della Robbia, tels que la Vierge Marie et l’Archange Gabriel.
Quelques peintures anciennes de Pietro di Giovanni et Ansano di Pietro peuvent être admirées dans le chœur. La chapelle suivante possède une peinture exécutée en 1413 par Taddeo di Bartolo pour les Sœurs de Sainte Pétronille. Sainte Filomena est de Boschi, les latéraux de Franchini ; le saint Bernardino de Montorselli, les latéraux d’Antonio Nasini. Dans la dernière chapelle, on peut voir une belle œuvre de Luca Della Robbia.
Dans la sacristie, les figures plastiques de l’autel au pied duquel est enterré le célèbre Pandolfo Petrucci sont de Cozzarelli. Diverses œuvres de Margheritone, Stefano di Giovanni, Casolani et Ramacciotti ornent différentes parties de la sacristie. Ici, dans une urne ciselée (1472) de Francesco d’Antonio, est conservée [un fragment de] la robe de bure de saint Bernardin.

Nel Convento, accresciuto col disegno del Peruzzi a spese del Magnifico Pandolfo Petrucci, vi abitò per molti giorni (145 g) Pio II, e fu visitato nel 1798 da Pio VI. Questo locale, che tanto aveva sofferto nella guerra del 1554, fu nel secolo XVII. talmente nobilitato, che ora è uno dei più grandiosi conventi pusseduti dagli Osservanti in Toscana.
Nel sotterraneo sonovi le celle di S. Bernardino, e di S. Giovanni da Capistrano. Il bel Sarcofago di Celia Petrucci fu scolpito da Francesco scolare del Peruzzi. Preclari soggetti furono qui sepolti, tra i quali
nominerò il Poeta estemporaneo Cav. Perfetti, l’infaticabile ecumenico letterato Benvoglienti, l’insigne cantore Bernardi ec. ec.
Nel refettorio è una vasta tela figurante la cena di G. C. cogli Apostoli dipinta dal Prete Franci. p. 73.


Pie II y vécut plusieurs jours (145 g) dans le Couvent, agrandi selon les plans de Peruzzi aux frais du Magnifique Pandolfo Petrucci, et fut visité en 1798 par Pie VI. Ce lieu, qui avait tant souffert de la guerre de 1554, l’était au XVIIe siècle. tellement ennobli qu’il est aujourd’hui l’un des monastères les plus grandioses détenus par les Observants en Toscane.
Au sous-sol se trouvent les cellules de S. Bernardino et S. Giovanni da Capistrano. Le magnifique sarcophage de Celia Petrucci a été sculpté par Francesco Scolare del Peruzzi. Des sujets préclars ont été enterrés ici, parmi eux
Je nommerai le poète impromptu Cav. Perfetti, l’infatigable érudit œcuménique Benvoglienti, l’éminent chantre Bernardi etc. etc.
Dans le réfectoire, il y a une grande toile représentant la cène de J.-C. avec les apôtres peinte par le prêtre Franci.

Ettore Romagnoli, Cenni storico-artistici di Siena e suoi suburbii del maestro Ettore Romagnoli, pp. 72-73.

Notes

Notes
1 Francesco da Siena : peintre et sculpteur. A l’exception de sa ville d’origine, aucune donnée biographique concernant cet artiste, élève de Baldassare Peruzzi au début du XVIe siècle et actif à Rome dans la première moitié du siècle, ne nous est connue. Vasari l’évoque comme « creato e discipolo di » (créé par et disciple de) Baldassare Peruzzi, faisant allusion à un élève mais aussi à une relation plus intime, du type de celle que l’on peut avoir avec une personne élevée dans sa propre famille.

La rencontre entre Francesco et Peruzzi dut avoir lieu à Sienne à une époque antérieure à 1503. C’est cette année-là que Peruzzi, et comme lui d’autres artistes, s’installa à Rome, après l’élection au trône pontifical du siennois Francesco Todeschini Piccolomini (Pie III) et, après son limogeage, revint à Sienne, où il ne resta que peu de temps.

En 1835, Romagnoli (p. 483), en se basant sur une tradition locale, considéra qu’il était l’auteur de quelques sculptures à Sienne en 1557, dont la tombe de Celia Petrucci, située dans la crypte de San Bernardino dell’Osservanza. Enfin, en 1568, dans la deuxième édition des Vies, Vasari écrit à propos des dessins de Peruzzi que « ancor oggi se ne vede una parte appresso Francesco » (« aujourd’hui encore, on peut encore en voir une partie chez Francesco »). Giorgio Vasari, Vite (1568) p. 604).

%d blogueurs aiment cette page :