Paolo di Giovanni Fei, « La Madonna in trono col Bambino e i Santi Giovanni Battista, Andrea, Francesco e il profeta Daniele »

Paolo di Giovanni Fei (Sienne, 1345 – 1411)

La Madonna in trono col Bambino e i Santi Giovanni Battista, Andrea, Francesco e il profeta Daniele (Vierge à l’Enfant en Majesté et les saints Jean Baptiste, André [1], François et le prophète Daniel [2]) date (?)

Polyptyque, tempéra sur panneaux, 145 x 215 cm. (l’ensemble).

Inscriptions :

  • sur le cartouche de saint Jean : « ECCE AGIUS … »
  • dans celui de Daniel : « DANIELLO PROFETA »
  • sur le cadre, en bas : «  PAULUS JOVANNE … » (nom de l’artiste).

Provenance : Église de Sant’Andreino, Serre di Rapolano (Sienne)

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Dans les pilastres des extrémités latérales du polyptyque, sont représentés

  • les saintes Catherine d’Alexandrie [3], Marguerite [4] et Agnès [5] (à gauche)

fullsizeoutput_3c9bfullsizeoutput_3c8ffullsizeoutput_3c91

  • les saints Jacques le Majeur [8] Nicolas [6], Barthélémy [7] (à droite)

fullsizeoutput_3c93fullsizeoutput_3c95fullsizeoutput_3c97

Le panneau principal nous donne à voir une Vierge à l’Enfant dont la tendresse avec laquelle celui-ci prend à deux mains le visage de sa mère n’est pas fréquente dans la peinture du Trecento. Ici, c’est l’Enfant qui semble consoler sa Mère, l’embrassant et lui caressant la joue. Aucune allusion symbolique à la Passion du Christ : seules l’expression lointaine de la Vierge et la moue de son visage évoquent le drame indissolublement lié, dans l’iconographie de la Vierge à l’Enfant, à la destinée du Christ.

fullsizeoutput_3c87.jpeg

Les panneaux latéraux :

  • Jean Baptiste ; André

fullsizeoutput_3c9d.jpeg

  • François ; Daniel

4BCB4BD5-3946-4B45-98AF-07E2ED99DB35.jpeg

[1] André : premier Apôtre à reconnaître le Christ après son baptême. Il porte la croix de son supplice.

[2] Daniel : l’un des quatre grands prophètes de l’Ancien Testament et de la Bible hébraïque. Pour l’identifier, Paolo di Giovanni Fei lui fait porter un phylactère où l’on peut lire son nom et sa qualité plutôt que des lions qui sont l’un de ses attributs traditionnels mais qui se seraient révélés encombrants dans un espace si étroit.

[3] Agnès porte, évidemment, un agneau …

[4] Il existe plus de dix saintes prénommées Marguerite, et autant de Bienheureuses. Ici, il s’agit sans doute de Marguerite d’Antioche, si l’objet qu’elle tient délicatement dans sa main gauche est bien la base d’un crucifix dont le sommet n’est plus visible.

[5] Catherine d’Alexandrie : Vierge martyre légendaire, elle est le plus souvent accompagnée de la roue dentée de son supplice et porte une couronne.

[6] Nicolas : Il existe plusieurs saints prénommés ainsi. C’est Nicolas de Myre (ou Nicolas de Bari), communément connu sous le nom de « saint Nicolas », le plus célèbre, qui est représenté ici dans son costume d’évêque.

[7] Barthélemy  : l’un des douze apôtres de Jésus de Nazareth. Il porte le coutelas de son martyre.

[8] Jacques le Majeur est identifiable grâce à son bâton de pèlerin.