‘Maestro d’Ovile’, “San Pietro in cattedra tra i Santi Paolo e Giovanni Evangelista”

81DD6C83-1878-4D7B-9AED-B2E918922543.jpeg

‘Maestro d’Ovile’ (« Ugolino Lorenzetti »)

San Pietro in cattedra tra i Santi Paolo e Giovanni Evangelista (Saint Pierre en chaire entre les saints Paul et Jean l’Evangéliste), 1332 (datée et signée)

Tempéra sur panneaux, respectivement 143,5 x 89,5 ; 95,5 x 53,5 ; 96 x 53,5 cm.

Inscriptions : sur le livre de Saint Jean : « IN PRINCIPIO ERAT VERBUM ET VERBUM ERAT APUD DEUM ET DEUM ERAT [1] … »

Provenance : Église de San Bartolomeo, Sestano (Castelnuovo Berardenga, près de Sienne).

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Chacun des personnages représentés porte de manière visible le ou les attributs permettant aisément de les identifier :

  • Pierre (fig. 1) occupe, au centre, le plus grand des trois panneaux. Il est assis sur une chaire imposante qui donne à cette dernière l’apparence d’un trône. La physionomie du « Prince de l’Eglise » est parfaitement reconnaissable à sa courte barbe et à sa chevelure bouclée, toutes deux de couleur blanche. Il porte une clé disproportionnée (comme souvent pour être bien visible) d’une main et de l’autre, maintient sur son genoux le livre rouge attribut des saints. Dans cette « grandiose figure […], l’artiste exalte, dans un chromatisme  » fortement contrasté [2]] et d’une préciosité toute siennoise, une composition solennelle  » résultant d’une admirable capacité à élaborer une figure que l’on est tenté de qualifier de sculpturale. C’est d’ailleurs dans cette capacité à traduire en deux dimensions la masse imposante et le poids de la silhouette de Pierre que l’auteur parvient à égaler « la puissance de Pietro et Ambrogio Lorenzetti ». Comme eux, il parvient ici à anticiper avec presque un siècle d’avance sur leurs successeurs florentins qui en feront la plus révolutionnaire des nouveautés de la Renaissance, une capacité à traduire sur un plan les volumes évoluant dans un espace réel profond. Le procédé plastique mis en œuvre pour obtenir cet effet, méticuleusement décrit par Pietro Torriti [3], consiste à « faire comme tourner la figure elle-même sur le flanc gauche dans un équilibre parfait et pourtant mobile avec le torse et la tête disposés frontalement ».

2A1BB27B-50CB-4EC3-9063-DC680B5C478E_1_201_a

1

  • Paul, à gauche (fig. 2), éternel alter ego de Pierre, cheveux et barbe bruns, porte sur l’épaule la longue épée de son martyr et, dans la main gauche, un volume de feuilles en lequel nous reconnaissons des lettres, les épitres dont l’apôtre est l’auteur.

55BCCE97-0D20-4E88-A7CB-98B5E7D02C6E_1_201_a

2

  • Jean l’Evangéliste (fig. 3), lui, nous indique du doigt la phrase, lisible sur le livre ostensiblement ouvert en grand, qui introduit l’Evangile dont il est l’auteur (voir note 1).

9C687478-91BE-4CAA-901D-544AD378AFD6_1_201_a

3

[1] « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu », première phrase du Prologue de l’Evangile selon saint Jean.

[2] La gamme de couleurs décline les trois couleurs primaires (jaune, rouge et bleu) à l’origine du contraste chromatique le plus vif de tous.

[3] TORRITI 1977, p. 134.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s