Sano di Pietro, « San Girolamo nel deserto »

IMG_E8261

Sano di Pietro (Sienne, 1405 – 1481)

San Girolamo nel deserto (Saint Jérôme dans le désert), v. 1445-1446.

Tempéra sur panneaux, 34 x 26 cm.

Inscriptions : /

Provenance : ?

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Dans la grotte du désert où il s’est s’est réfugié, Jérôme a installé un autel sur lequel il a planté un crucifix étonnamment réaliste, non sans avoir, au préalable, méticuleusement tendu, en signe de respect, un tissu sur lequel on reconnaît le motif linéaire de broderie noire typique de la Sienne médiévale. C’est sous l’aspect du pénitent que nous le voyons représenté, à genoux devant l’ouverture la grotte, se frappant la poitrine avec une pierre tandis que de la main gauche, il égrène un circulum precatorium pour accompagner sa prière. Derrière lui, accroché à un palmier, le chapeau de cardinal est l’un des attributs iconographiques visant à identifier le saint à coup sûr, de même que la figure du lion, allongé en retrait sur la gauche, souvenir d’un épisode où, selon la légende, le saint apprivoisa la bête sauvage après l’avoir soulagé en retirant une épine de sa patte.

Comme toujours dans la peinture religieuse médiévale, chacun des détails visibles assume sa part de la signification de l’ensemble. C’est ainsi que les scorpions représentent les puissances démoniaques qui viennent tourmenter le saint. Plusieurs serpents, autres créatures malfaisantes, symbolisent la ruse qui pousse au péché.

Quant au paysage chargé d’évoquer un désert (au sens biblique du terme) qui se situerait au Moyen-Orient, il ressemble plutôt à une partie de la campagne siennoise située au sud-ouest de la ville et connue sous le nom des « Crete senese ». De nature argileuse et semi-aride, c’est, avec la Val d’Orcia, l’une des plus belles de la région. Pour que ne subsiste aucun doute, Sano di Pietro a hérissé l’horizon de hautes tours telles que seul le pays siennois en donne à voir.