‘Il Sassetta’, « San Bernardino »

IMG_8258

Stefano di Giovanni detto « Il Sassetta » (vers 1400 – Sienne 1450)

San Bernardino (Saint Bernardin), 1444.

Tempéra sur panneau, 191,8 x 53 cm.

Inscriptions :

  • (dans l’auréole du saint) : « SANCTVS BERNARDINVS »
  • (sur le fond bleu, à gauche du visage du saint) : « MANIFESTAVI / NOMEN TVVM / HOMINIBVS » [1]

Provenance : ?

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Bernardino degli Albizzeschi est représenté en pied, vu de trois quarts et revêtu de l’habit gris des franciscains, maintenant devant lui la tablette ornée du trigramme du Christ dont il est réputé être l’inventeur. L’auréole de la sainteté est venue remplacer les rayons que l’on devine encore autour de sa tête et qui signalent habituellement la figure d’un bienheureux. Elle a été ajoutée tardivement, probablement par une autre main que celle de Sassetta, après la canonisation de Bernardino qui eu lieu en 1450, de même que d’autres repeints, tel le détail de la colombe murmurant à l’oreille du saint pour lui communiquer l’inspiration divine.

IMG_8259

Sous la figure du saint, la présence d’une scène historiée vient, à la manière d’une prédelle, ajouter une dimension narrative, complétant ainsi l’information véhiculée par l’œuvre. Bernardin y apparaît installé dans une chaire de bois d’apparence rustique, brandissant un crucifix qu’il désigne également de l’index, selon une iconographie appelée à devenir traditionnelle. À l’arrière-plan, une ligne de fidèles anonymes simulant une foule groupée écoutent à genoux les paroles du saints. Sur le devant de la scène, dix figures de pénitents nus-pieds sont agenouillées deux à deux. Vêtus d’un habit blanc largement déchiré dans le dos pour y recevoir le fouet, et marqué d’un crâne sur l’épaule, il s’agit de membres de la confrérie de San Giovanni Battista della Morte, fondée en 1425 pour assister les condamnés à mort et porter secours aux prisonniers. Il est probable que l’image peinte du saint fut commandée à l’occasion d’un prêche que Bernardin fit devant les membres de cette confrérie en montrant un crucifix en bois qu’il leur offrit ensuite [2]. Selon Laura Martini [3], « en décembre 1444, la confrérie versa 11 florins à un certain ‘maitre Stefano, peintre’, qui est sans doute Stefano di Giovanni, dit Sassetta ».

[1] « J’ai fait connaître ton nom aux hommes […] ». Évangile de Jean (Jn 17, 6).

[2] Ce crucifix est aujourd’hui conservé par la confrérie de Saint-Sébastien.

[3] Voir catalogue Peinture de Sienne. Arc narrandi dans l’Europe gothique. p. 180.

%d blogueurs aiment cette page :