Pittore senese attivo nel ultimo quarto del XIIIe s., « Discesa agli inferi e liberazione dei progenitori dal Limbo »

nTxIsgVxToepaXUHlhkOWQ

Pittore senese attivo nel ultimo quarto del XIIIe s. (Peintre siennois actif au cours du dernier quart du XIIIe s.)

Discesa agli inferi e liberazione dei progenitori dal Limbo (Le Christ aux limbes)

Fresque

Provenance : In situ

Sienne, « crypte » sous la Cathédrale.

Bien que la partie haute de la fresque ait ici aussi disparu du fait de la suppression de la voûte et de la création d’un plafond surbaissé, comme on l’observe généralement à l’intérieur de la « crypte », on reconnaît sans difficulté les éléments iconographiques de la scène. A gauche, revêtu de sa robe rouge, le Christ s’empare du bras d’Adam, l’ancêtre de l’humanité (les italiens lui donne le nom de progenitore) que l’on voit agenouillé devant lui, illustrant ainsi les paroles lues dans l’Évangile apocryphe de Nicodème : « Et le Seigneur, étendant sa main, dit : « Venez à moi, tous mes Saints, qui avez mon image et ma ressemblance. Vous qui avez été condamnés par le bois, le diable et la mort, vous verrez que le diable et la mort sont condamnés par le bois. » Et aussitôt tous les Saints furent réunis sous la main du Seigneur. Et le Seigneur, tenant la main droite d’Adam, lui dit : « Paix à toi avec tous tes fils, mes justes. » Adam, se prosternant aux genoux du Seigneur, le supplia en versant des larmes […]. »

Derrière Adam, en seconde position, devant la cohorte des ancêtres de l’humanité que nous devinons hors du champ de l’image, apparaît Ève.

Pour arriver jusque là, le Christ, on le sait, a dû braver les forces infernales et vaincre leur résistance. Après un combat épique, sous les cris et les encouragements de la foule des prédécesseurs, en présence des prophètes et, notamment, d’Isaïe rappelant les paroles prononcées de son vivant [1], le Christ vient d’emporter la victoire sur le prince de l’enfer qui git dorénavant à ses pieds. Le détail n’apparaît pas au premier coup d’œil en raison du mauvais état de la surface picturale mais il est bien là, ainsi que nous le rappelle la même scène peinte par Duccio une trentaine d’année plus tard, dans une configuration qui semble être reprise directement du modèle vu sur les murs de la « crypte ».

Capture d’écran 2019-04-11 à 15.03.17

1

[1] « Les morts s’éveilleront et ceux qui sont dans le tombeau se relèveront, et ceux qui sont dans la terre tressailliront de joie, parce que la rosée qui vient du Seigneur est leur guérison ? Et j’ai dit encore : « Mort, où est ta victoire ? Mort, où est ton aiguillon ? », Évangile apocryphe de Nicodème.