Pittore senese attivo nel ultimo quarto del XIIIe s., « Deposizione nel sepolcro » 

1B524590-1944-4DE9-AF17-C66EB6321431

Pittore senese attivo nel ultimo quarto del XIIIe s. (Peintre siennois actif au cours du dernier quart du XIIIe s. [Duccio di Buoninsegna ?])

Deposizione nel sepolcro (Mise au tombeau)

Fresque

Provenance : In situ

Sienne, « crypte » sous la Cathédrale.

Mise au tombeau ? Le grand panneau didactique qui a vocation à présenter l’œuvre indique : Deposizione nel sepolcro mais précise toutefois : « Le corps sans vie de Jésus est déposé dans le tombeau par les Marie […] ».

En y regardant de plus près, on constate que le corps du Christ n’est pas déposé dans le tombeau, comme annoncé précédemment, mais repose bel et bien sur le couvercle du tombeau fermé. Pour bien signifier la fermeture actuelle du tombeau, les bords du couvercle ont été représentés parallèlement à ceux de la cuve de pierre sur laquelle le corps sans vie du Christ est déposé jusqu’à présent. Le maître qui a peint la scène a placé au-dessus de celle-ci l’épisode ultérieur de la découverte par les trois Marie, trois jours plus tard, du tombeau vide, dans une configuration où le couvercle du tombeau, dont on reconnaît la texture à l’apparence si particulière, est, pour cette fois, représenté en position oblique afin de signifier visiblement qu’il a été déplacé.

Dès lors, l’intitulé Déploration du Christ ne serait-il pas plus approprié ? La situation particulière que nous regardons peinte sur la paroi précède un instant qui adviendra plus tard, quand la dépouille mortelle sera déposée, cette fois-ci, au fond du sépulcre. Pour l’heure, le tombeau demeure fermé. Le temps n’est pas encore tout-à-fait venu de se séparer de Jésus. Il faut d’abord épancher une douleur indicible. Dans un temps où toute action est suspendue, c’est ici le moment où les témoins de la mort du Christ se livrent à leur chagrin. On le voit : ce chagrin s’exprime sans retenue. Regardez les visages ! Ils sont doués d’une expressivité que nous n’avons pas encore rencontrée en ce lieu. La manifestation de leurs sentiments est visible ; leur gestuelle, l’expression de leur visage, de leurs yeux ne font pas de doute : ils pleurent. Marie n’est pas encore parvenue à détacher ses bras du corps de son fils qu’elle serrait déjà si fortement dans la scène précédente. Jean essuie ses yeux dans un pan de son manteau. Les deux femmes encore présentes à gauche grimacent d’un chagrin qui ne pourrait s’exprimer autrement. Il en va de même de Jean et derrière lui, de Joseph d’Arimathie dont le corps a disparu derrière la masse de brique de l’arche.

Vue de la Déposition au sépulcre et des Trois Marie au sépulcre dans leur contexte.

xdvsge%qQBmQZVYOqDg

1

La nouveauté et l’extraordinaire capacité de l’auteur de cette fresque à peindre les sentiments fondent l’hypothèse que celui-ci pourrait être Duccio lui-même, un Duccio jeune encore, qui semble être, au cours des années 1280, le seul à pouvoir réaliser une prouesse pareille. Ci-dessous (fig. 2), la Mise au tombeau peinte par Duccio au revers de la Maestà.

Capture d’écran 2019-04-11 à 14.47.12

2