Sources textuelles de l’épisode de la sage-femme incrédule

Ce sont, bien entendu, les écrits apocryphes qui, une fois encore, apportent les détails qui visent à rendre le plus crédible possible la preuve de la double nature – divine et humaine – du Christ, dans la scène de la Nativité.

L’épisode est mentionné longuement dans l’Évangile du pseudo-Matthieu, XIII, 3-5 :

3 Et Joseph, trouvant Marie avec l’enfant qu’elle avait mis au monde, lui dit: « Je t’ai amené la sage-femme Zahel, qui se tient à l’extérieur de la grotte, car elle ne peut pas y entrer à cause de la trop grande clarté. » À ces mots, Marie sourit. Mais Joseph lui dit: « Ne souris pas, mais prends soin qu’elle puisse t’examiner, pour voir si tu n’as pas besoin du secours de sa médecine. » Et Marie l’invita à entrer. Et, quand Marie lui eut permis l’examen, la sage-femme s’écria a haute voix et dit: « Seigneur grand, pitié! Jamais on n’a entendu ni même soupçonné que des seins soient remplis de lait alors que le fils qui vient de naître manifeste la virginité de sa mère. Ce nouveau-né n’a connu nulle souillure de sang, l’accouchée n’a éprouvé nulle douleur. La vierge a enfanté et après l’enfantement continue d’être vierge. »

4 Entendant ces paroles, une autre sage-femme nommée Salomé dit: « Certes, moi je n’y croirai pas, à moins que je ne l’aie constaté moi-même. » Et, s’étant approchée de Marie, elle lui dit: « Permets que je t’examine, afin que je sache si les paroles que Zahel m’a adressées sont vraies. » Après que Marie l’eut autorisée à l’examiner, dès qu’elle eut retiré sa main droite, celle-ci se dessécha, et Salomé fut oppressée de douleur, et elle s’écria en pleurant: « Seigneur, tu sais que je t’ai toujours craint et que j’ai soigné tous les pauvres sans me soucier de la rétribution. De la veuve et de l’orphelin je n’ai rien accepté, et jamais je n’ai laissé partir l’indigent les mains vides. Et voilà que je suis devenue  malheureuse à cause de mon incrédulité, parce que j’ai osé mettre à l’épreuve ta vierge, qui a enfanté la lumière et est restée vierge après cet enfantement. »

5 Et, pendant qu’elle parlait ainsi, un jeune homme resplendissant de lumière apparut auprès d’elle et dit : « Approche-toi de l’enfant et adore-le, touche-le de ta main et il te guérira, car il est le Sauveur de tous ceux qui espèrent en lui. » Et aussitôt Salomé s’approcha en adorant l’enfant et elle toucha le bord des langes dans lesquels il était enveloppé. Et du coup sa main fut guérie. Et, sortant au-dehors, elle se mit à crier et à raconter les miracles qu’elle avait vus, ce qu’elle avait souffert et comment elle avait été guérie, en sorte que beaucoup reçurent la foi par sa prédication.

Une fois encore, le volubile Jacques de Voragine apporte à son tour les détails d’une narration dans laquelle vont pouvoir puiser les peintres. Le texte ci-dessous est extrait de la longue exégèse à laquelle il se livre autour de la « Nativité de N.S-S. Jésus-Christ selon la chair », que l’on trouve dans la Légende dorée [1] :

Dans la compilation de Barthélemi et dans le Livre de l’Enfance du Sauveur, on lit que, au moment de l’enfantement, Joseph, qui ne doutait pas au reste que Dieu dût naître d’une vierge, appela, selon la coutume de son pays, des sages-femmes qui s’appelaient l’une Zébel, et l’autre Salomé. Zébel en examinant avec soin et intention la trouva vierge : « Une vierge a enfanté! » s’écria-t-elle. Salomé, qui n’en croyait rien, voulut en avoir la preuve, comme Zébel, mais sa main se dessécha aussitôt. Cependant un ange, qui lui apparut, lui fit toucher l’enfant, et elle fut guérie tout de suite.

[1] On notera que, bien que les deux textes citent deux femmes nommées respectivement salomé et Zahel (ou Zébel), il y a inversion des noms des deux protagonistes de la scène : l’Évangile du pseudo Matthieu nomme Zahel la sage-femme incrédule tandis que Jacques de Voragine considère qu’elle s’appelle Salomé.