« QUI PROPTER NOS HOMINES ET PROPTER NOSTRA SALUTEM DESC / ENDIT DE CELIS »

fullsizeoutput_276d

Inscriptions : « QUI PROPTER NOS HOMINES ET PROPTER NOSTRA SALUTEM DESC / ENDIT DE CELIS » [1]

Jésus, en plein vol, descend vers la terre entouré d’une nuée de séraphins que nous avons déjà rencontrés dans la scène intitulée « DEUM DE DEO LUMEN DE LUMINE DEUM VERUM DE VERO DEO« . Il effectue cette descente sur terre sous les yeux de Dieu le Père visible, dans l’angle situé en haut à gauche, entouré lui, de chérubins. On peut difficilement signifier la terre plus simplement que ne le fait ici Benedetto, selon un procédé (une bande plate parallèle aux bord inférieur de l’image) que ne renierait pas des générations d’enfants découvrant la puissance de la figuration, et qui, de ce fait, est immédiatement compréhensible en dépit de son caractère abstrait : comme les enfants, et comme la majorité des adultes, Benedetto di Bindo représente ici davantage ce qu’il sait que ce qu’il voit. Cette remarque vaut également pour la manière de faire apparaître Dieu dans l’angle … Ce qui n’est pas du tout enfantin (ce caractère est rempli d’un charme intemporel), c’est l’habilité avec laquelle l’auteur s’efforce de modeler l’anatomie et les vêtements du Christ qu’un courant d’air lié à son mouvement descendant occasionne.

[1] « Qui pour nous les hommes, et pour notre salut, descendit du ciel. »