« IHS »

Saint Bernardin [?] (et un peintre inconnu), « Il nome di Gesù. Asciano, Museo Civico Archeologico e d’Arte Sacra. Palazzo Corboli.

Le monogramme « IHS », qui signifie le nom de Jésus, est l’une des nombreuses abréviations rencontrées dans les écrits et les arts visuels du Moyen Âge, avant d’être popularisée par Bernardin de Sienne au XVe s., et adoptée comme blason par les Jésuites.

Une erreur assez largement répandue conduit parfois à interpréter le sens de ces trois lettres comme « Iesus Hominum Salvator » ou « In Hoc Signo ». En réalité, il faut remonter au IIIe siècle pour en comprendre le sens exact : les chrétiens avaient pour habitude de raccourcir le nom grec de Jésus (ΙΗΣΟΥΣ) et de n’en garder que les trois premières lettres de l’abréviation, soit : ΙΗΣ (la lettre H, ou ETA, se prononce É, le Σ, ou SIGMA, se prononce SUS).

La lettre Σ de l’alphabet cyrillique fut par la suite transcrite dans l’alphabet latin sous la forme du S, si bien que le monogramme se transforma en « IHS ». Un tilde [1]Très fréquent dans les manuscrits médiévaux, le tilde est un signe d’abréviation (un trait horizontal qui peut être sinueux) placé au dessus d’une lettre afin de signaler que la lettre suivante a été omise dans l’écriture pour économiser de la place (ex : bõ pour bon, etc.). surmonte parfois ces trois lettres afin d’indiquer qu’il s’agit bien d’une abréviation. La lettre centrale apparaît la plupart du temps sous la forme d’une croix obtenue dans les deux cas grâce au tiret indiquant l’abréviation du nom.

fullsizeoutput_2c15.jpeg
Battista di Niccolò da Padova, « Monogramme du Christ ». Fresque de la Salle de la Mappemonde au Palazzo Pubblico, Sienne.

Sur le plan iconographique, chaque élément de l’emblème comporte une part de signification :

  • au centre, le soleil symbolise le Christ : celui-ci somme la vie comme le fait le soleil à la terre [2]Le symbolisme solaire indiquant le Christ est enraciné dans la Bible, d’Isaïe à Luc en passant par Malachie : « […] Et la lumière du soleil sera sept fois plus grande comme la lumière de sept jours, lorsque l’Eternel bandera la blessure de son peuple, et qu’il guérira la plaie de ses coups. » (Es 30, 26) ; «  Pour l’amour de Sion je ne me tairai … Poursuivre
  • les douze rayons qui, comme des flammes, émanent du centre en apportant la chaleur et la lumière, évoquent sur un mode allégorique les douze apôtres qui répandent la parole du Christ sur la terre
  • la couleur du fond, le plus souvent un bleu sombre, est associée à la foi

Différentes inscriptions peuvent courir le long des bords de l’image :

  • « MANIFESTAVI NOMEN TUUS HOMINIBUS » [3]Manifestavi nomen tuus hominibus (« J’ai fait connaître ton nom aux hommes. »Évangile de Jean (Jn 17, 6).
  •  « IN NOMINE JESU OMNE GENU FLECTATUR CELESTIUM TERRESTRIUM INFERNORUM » [4]In nomine Jesu omne genu flectatur, coelestium, terrestrium, et infernorum[, et omnis lingua confiteatur quia Dominus noster Jesus Christus in gloria est Dei Patris.] (« [afin qu’]au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre[, et que toute langue proclame : ‘Jésus Christ est Seigneur’ à la gloire de Dieu le Père] »). … Poursuivre

Notes

Notes
1 Très fréquent dans les manuscrits médiévaux, le tilde est un signe d’abréviation (un trait horizontal qui peut être sinueux) placé au dessus d’une lettre afin de signaler que la lettre suivante a été omise dans l’écriture pour économiser de la place (ex : bõ pour bon, etc.).
2 Le symbolisme solaire indiquant le Christ est enraciné dans la Bible, d’Isaïe à Luc en passant par Malachie : « […] Et la lumière du soleil sera sept fois plus grande comme la lumière de sept jours, lorsque l’Eternel bandera la blessure de son peuple, et qu’il guérira la plaie de ses coups. » (Es 30, 26) ; «  Pour l’amour de Sion je ne me tairai point, Pour l’amour de Jérusalem je ne prendrai point de repos, Jusqu’à ce que son salut paraisse, comme l’aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s’allume. » Livre d’Isaïe (Es 62, 1) ; « Mais pour vous qui craignez mon nom le soleil de justice se lèvera, et la guérison sera dans ses rayons. Vous sortirez en bondissant comme les veaux d’une étable, vous piétinerez les méchants, car ils seront comme de la poussière sous la plante de vos pieds, le jour que je prépare, dit l’Eternel, le maître de l’univers. » Livre de Malachie (Ml 3, 20-21) ; « Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, En vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d’en haut, Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix. » Évangile selon Luc (Lc 1, 78-79).
3 Manifestavi nomen tuus hominibus (« J’ai fait connaître ton nom aux hommes. »Évangile de Jean (Jn 17, 6).
4 In nomine Jesu omne genu flectatur, coelestium, terrestrium, et infernorum[, et omnis lingua confiteatur quia Dominus noster Jesus Christus in gloria est Dei Patris.] (« [afin qu’]au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre[, et que toute langue proclame : ‘Jésus Christ est Seigneur’ à la gloire de Dieu le Père] »). Lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens (Phil. 2, 10-11).
%d blogueurs aiment cette page :