Chiesa di Sant’Agostino

2030ED70-E093-423A-ADFB-6D6CC8620CDA

Église de Sant’Agostino, Sienne

Prato Sant’Agostino.

La façade de l’église, construite en briques de terre cuite, est presque entièrement cachée derrière l’atrium [1] marquant l’entrée monumentale du Collegio Tolomei, lequel a remplacé l’ancien couvent de Sant’Agostino après la suppression des ordres religieux. Aujourd’hui, le couvent héberge l’Université de Sienne.

Le porche de l’église se trouve sous l’atrium, à gauche, mais en temps normal, l’entrée se fait par la porte latérale qui donne sur le pré (Prato Sant’Agostino) longeant la nef.

Intérieur de l’église

Le décor de l’intérieur de l’église construite sur un plan en croix latine, date du XVIIIe s. L’unique nef, blanche et lumineuse, est bordée d’imposants autels de marbres polychromes construits entre la fin du XVIe et le début du XVIIe s., qui servent de cadre à une série de retables.

0FF3E7E9-92EF-4F8E-87C2-5D6211D1A811.jpeg

La nef

Sur les quatre autels du côté gauche de la nef, on peut voir successivement :

Sur les quatre autels du côté droit de la nef, se trouvent les œuvres suivantes :

Au milieu du côté droit de la nef, s’ouvre un passage, où l’on peut voir une sculpture de

Ce passage donne accès à la

Le transept

Le transept est doté de quatre chapelles latérales, deux de chaque côté. Quatre statues de stuc ornent les angles de la nef avec le transept. Elles sont dues à Giuseppe Mazzuoli et Giuseppe Silini. Le maître autel (fig. ci-dessous) se trouve à l’entrée de l’abside dont il assure la séparation d’avec la nef.

Maître autel de l’église de Sant’Agostino, Sienne.
  • Chapelle 1 (à gauche)
  • Chapelle 2
  • Chapelle 3
  • Chapelle Bichi
La Chapelle Bichi, vue d’ensemble, état actuel.

Le décor en grisaille des parois de la chapelle Bichi, dû à Francesco di Giorgio et Luca Signorelli, a été redécouvert en 1977, à l’occasion du démontage de la structure qui le cachait depuis 1747 [2]. À cette occasion, la voûte d’ogive et les traces des fresques dont elle était couverte ont également été ramenés au jour.

Dans la chapelle, on peut voir,

A l’origine, un ensemble décoratif extraordinaire ornait l’autel. Il n’est hélas plus visible en ce lieu où le bien faible Saint Christophe de Franchini lui a succédé. Cet ensemble initial a été démembré. Après quoi, les épaves du retable de Signorelli, ainsi que la sculpture réalisée par Francesco di Giorgio, ont été réparties dans diverses collections prestigieuses, européennes et américaines. Une reconstitution de cet ensemble est cependant possible avec certitude :

Extrémité droite du transept :

[1] Cette imposante construction de style néo-classique date du début du XIXe siècle ; elle est l’œuvre de l’architecte Agostino Fantastici.

[2] Date d’un important incendie survenu dans l’église.