Matteo

Matthieu : apôtre et évangéliste. [1]Dans les Évangiles synoptiques, il est appelé soit Matthieu, soit Lévi. Il y est décrit comme un publicain percepteur d’impôts appelé par Jésus pour devenir le douzième de ses douze apôtres.

Les éléments biographiques concernant l’apôtre Matthieu proviennent uniquement des Évangiles synoptiques où il est appelé soit Matthieu, soit Lévi. Il y est décrit comme un publicain (ou percepteur des impôts) [2]« Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée […] » (Mt 10, 3) ; « En passant, il [Jésus] aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs … Poursuivre, que Jésus appelle pour devenir le douzième de ses douze apôtres [3]« […] Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée […] » (Mt 10, 3) ; « André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d’Alphée, Thaddée, Simon le Zélote […] » (Mc 3, 18) ; « […] Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélote […] » (Lc 6, 15).. Il apparaît une dernière fois dans les Actes des Apôtres. [4]« Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d’ordinaire; c’étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. » (Ac 1, 13).

Selon une tradition apparue au VIe siècle [5]Cette tradition a été reprise au XIIIe siècle dans la Légende dorée., il partit évangéliser l’Éthiopie où il fut secondé par l’eunuque de la reine. Deux sorciers du nom de Zaroès et Arfaxar annoncèrent au roi qu’ils ne pouvaient sauver son fils Euphranor mourant, mais l’eunuque amena à la cour Matthieu, qui parvint à le ressusciter. Le roi et sa famille se convertirent, favorisant la christianisation du pays. Le roi suivant Hyrtaque voulut se marier à Iphigénie, vierge consacrée au Christ, mais Matthieu refusa. Après 23 ans de mission en Éthiopie, l’apôtre serait mort martyr en 61, à Naddarer, passé au fil de l’épée d’un soldat envoyé par le roi.

Iconographie

Selon qu’il apparaît comme collecteur d’impôts, apôtre ou évangéliste, Matthieu est représenté

  • avec des balances de peseur d’or
  • l’épée de son martyre
  • le livre de l’Évangile [6]Cet attribut est commun aux quatre évangélistes.

Son attribut symbolique est l’homme ailé (parfois qualifié à tort d’ange) parce que son évangile commence par la généalogie de Jésus, ou, plus exactement, celle de Joseph, père légal de Jésus. C’est par le symbole de l’homme ailé qu’il est représenté dans la figure du Tétramorphe.

Notes

Notes
1 Dans les Évangiles synoptiques, il est appelé soit Matthieu, soit Lévi. Il y est décrit comme un publicain percepteur d’impôts appelé par Jésus pour devenir le douzième de ses douze apôtres.
2 « Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée […] » (Mt 10, 3) ; « En passant, il [Jésus] aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre. » (Mc 2, 14-15) ; « Après cela, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : ‘Suis-moi.’ Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait. » (Lc 5, 27-28).
3 « […] Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée […] » (Mt 10, 3) ; « André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d’Alphée, Thaddée, Simon le Zélote […] » (Mc 3, 18) ; « […] Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélote […] » (Lc 6, 15).
4 « Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d’ordinaire; c’étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. » (Ac 1, 13).
5 Cette tradition a été reprise au XIIIe siècle dans la Légende dorée.
6 Cet attribut est commun aux quatre évangélistes.
%d blogueurs aiment cette page :