Pietro

62899DF9-28E4-4ACF-958D-2ADC4E6B1A93.jpeg

[1]

Pierre, apôtre.

Pierre, alors appelé Simon, fut avec son frère André, le premier des apôtre « appelés » par Jésus de Nazareth au cours d’un épisode connu sous l’appellation de Vocation de Pierre et André. C’est ensuite que le Christ le surnomma Simon-Pierre, puis Pierre [2] tout court, surnom qui lui est resté.

Pierre est mort après son retour à Rome dont il a été le premier évêque. Jeté en prison, il fut crucifié sur ordre de Néron.

Iconographie

Pierre est caractérisé en premier lieu par son type physique : un homme dans la force de l’âge, portant une courte barbe blanche et les cheveux de la même couleur.

Son attribut principal est la clé, ou les clés, parfois représentées de manière disproportionnées. Si les clés sont représentées au nombre de trois, il faut comprendre qu’elles témoignent du triple pouvoir sur le ciel, la terre et l’enfer (!). Les clés sont liées ensemble car le pouvoir d’ouvrir et de fermer est un.

Les autres attributs de Pierre sont nombreux et sont portés indifféremment par lui-même, par des anges qui l’accompagnent, etc. :

  • Son vêtement ; il est vêtu différemment selon qu’il est représenté
    • comme apôtre : il porte alors, comme tous les apôtres, la toge antique ; sa tête et ses pieds sont nus
    • comme pape : il revêt le pallium et la mitre, surtout après la Renaissance
  • La barque (allusion à son ancien métier de pêcheur)
  • Le poisson (même allusion)
  • Le coq (qui chanta après que Pierre eut trois fois renié le Christ lors de l’arrestation de celui-ci)
  • Les chaînes (en souvenir de ses « Prisons »)
  • La croix renversée (sa crucifixion la tête en bas)
  • La croix à triple croisillon (soit un de plus que les archevêques) qui est l’un des insignes de la dignité papale
Scènes de la vie du saint
  • Pierre guérissant les malades avec son ombre (Act. Ap. 14-16).
  • Guérison du paralytique de Lydda (Lc, 5, 18-24).
  • Résurrection de Thabita, à Joppé (Act. Ap., 36-42).
  • Premier emprisonnement de Pierre à Antioche, sur l’ordre de Théophile et la visite que lui rend Paul.
  • Résurrection du fils de Théophile (Jacques de Voragine, Légende dorée).
  • L’ascension et la chute de Simon le Magicien.
  • Ses trois reniements.
  • Second emprisonnement de Pierre à Jérusalem et sa délivrance par un ange.
  • Troisième emprisonnement de Pierre et miracle de la source qui jailli dans la prison Mamertine.
  • Domine quo vadis ? ou Rencontre avec le Christ sur la Via Appia.
  • Crucifixion de Pierre, la tête en bas, à sa demande.

[1] Lippo Memmi, Saint Pierre, vers 1330. Paris, Musée du Louvre.

[2] Le surnom choisi par le Christ – Pierre – visait à assoir l’idée que celui-ci deviendrait la pierre angulaire de l’Église (« Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église », Matthieu, chapitre 16, versets 13 à 23).