Sources écrites de l’épisode de la Dormition de la Vierge

Jacques de Voragine, La Légende dorée, chap. 115, « Assomption de la sainte Vierge Marie » :

« Quand donc la bienheureuse Marie eut vu tous les apôtres rassemblés, elle bénit le Seigneur, et s’assit au milieu d’eux, après qu’on eut allumé des lampes et des flambeaux. Or, vers la troisième heure de la nuit, Jésus arriva avec les anges, l’assemblée des patriarches, la troupe des martyrs, l’armée des confesseurs et les chœurs des vierges. Tous se rangent devant le trône de la Vierge et chantent à l’envi de doux cantiques. On apprend dans le livre attribué à saint Jean quelles ont été les funérailles qui furent alors célébrées. Jésus commença le premier et dit : « Venez, vous que j’ai choisie, et je vous placerai sur mon trône parce que j’ai désiré votre beauté. » Et Marie répondit : « Mon coeur est prêt, Seigneur, mon coeur est prêt. » Alors taus ceux qui étaient venus avec Jésus entonnèrent ces paroles avec douceur : « C’est elle qui a conservé sa couche pure et sans tache; elle recevra la récompense qui appartient aux âmes saintes. » Ensuite la Vierge chanta en disant d’elle-même : « Toutes les nations  m’appelleront bienheureuse ; car le Tout-Puissant a fait de grandes choses en ma faveur : et son nom est saint. » Enfin le chantre donna le ton à tous en prenant plus haut: « Venez du Liban, mon épouse, venez du Liban, vous serez couronnée. » Et Marie reprit : « Me voici, je viens; car il est écrit de moi dans tout le livre de la loi : que je ferais votre volonté, ô mon Dieu; parce que mon esprit est ravi de joie en Dieu mon Sauveur. » C’est ainsi que l’âme de  Marie sortit de son corps et s’envola dans les bras de son Fils. Elle fut affranchie de la douleur de la chair, comme elle avait été exempte de la corruption. »

Livret du Pseudo-Jean :

« DÉPART DE L’ÂME DE MARIE AU CIEL

37) Après toutes ces merveilles arrivées par l’intermédiaire de la Mère de Dieu et toujours vierge Marie, la mère du Seigneur, alors que nous, les apôtres, étions avec elle à Jérusalem, le Saint-Esprit nous dit : « Vous savez que c’est un dimanche que la bonne nouvelle fut annoncée par l’archange Gabriel à la Vierge Marie ; un dimanche que le Seigneur est né à Bethléem ; un dimanche aussi que les enfants de Jérusalem sortirent à sa rencontre avec des branches de palme en disant :  » Hosanna, dans les hauteurs des cieux, béni celui qui vient au nom du Seigneur  » ; un dimanche encore qu’il ressuscita des morts ; un dimanche qu’il doit venir pour juger les vivants et les morts ; et un dimanche enfin qu’il doit venir du ciel pour glorifier et honorer le départ de la et glorieuse vierge qui l’a enfanté. »

38) Ce même dimanche, la mère du Seigneur dit aux apôtres : « Jetez de l’encens, car le Christ vient avec une armée d’anges. » Et voici, le Christ se présenta, assis sur le trône des chérubins. Et, pendant que nous étions tous en prière, apparurent une multitude innombrable d’anges et le Seigneur, arrivé au-dessus des chérubins avec une grande puissance. Et voici qu’un éclat de lumière se porta sur la Vierge par la venue de son Fils unique. Toutes les puissances célestes se prosternèrent et l’adorèrent.

39) Le Seigneur appela sa mère et lui dit : « Marie ! » Elle répondit : « Me voici, Seigneur ! » Et le Seigneur lui dit : « Ne t’afflige pas, mais que ton coeur se réjouisse et soit dans l’allégresse, car tu as obtenu la faveur de contempler la gloire qui me fut donnée par mon Père. » La Mère de Dieu leva les yeux et vit en lui une gloire qu’une bouche humaine ne peut dire ni saisir.

Le Seigneur, restant à côté d’elle, lui dit : « Voici que maintenant ton précieux corps sera transféré au paradis, pendant que ton âme sera aux cieux dans les trésors de mon Père, dans une clarté supérieure, où sont la paix et la joie des anges saints et plus encore. »

40) La mère du Seigneur lui répondit : « Pose ta droite sur moi, Seigneur, et bénis-moi. » Le Seigneur étendit sa droite pure et la bénit. Elle prit sa droite pure, la baisa et dit : « Je vénère cette droite qui a créé le ciel et la terre. J’invoque ton nom très célébré, Christ Dieu, roi des siècles, Fils unique du Père, accueille ta servante, toi qui as daigné être enfanté de moi, l’humble, pour sauver le genre humain selon ton indicible dessein. A tout homme qui invoquera, suppliera ou proférera le nom de ta servante, accorde ton aide. »

41) Pendant qu’elle disait cela, les apôtres, s’approchant de ses pieds et se prosternant, dirent : « Mère du Seigneur, laisse au monde une bénédiction, parce que tu vas l’abandonner. Tu l’as béni et l’as relevé de sa ruine, en donnant naissance à la lumière du monde. » La mère du Seigneur pria ainsi :

« Ô Dieu, dans ta grande bonté, du ciel tu as envoyé ton Fils unique afin qu’il habite dans mon humble corps, toi qui as daigné être enfanté de moi, l’humble, aie pitié du monde et de chaque âme qui invoque ton nom. »

42) Et, de nouveau, elle pria et dit : « Seigneur, roi des cieux, Fils du Dieu vivant, accueille tout homme qui invoque ton nom afin que ta naissance soit glorifiée. »

Et de nouveau, elle pria et dit : « Seigneur Jésus-Christ, qui es tout-puissant au ciel et sur terre, par cette invocation je supplie ton saint nom : en chaque temps et lieu où l’on fera la mémoire de mon nom, sanctifie ce lieu et glorifie ceux qui te glorifient par l’intermédiaire de mon nom, en acceptant d’eux toute offrande, toute supplication et toute prière. »

43) Après qu’elle eut prié ainsi, le Seigneur dit alors à sa mère : « Réjouis-toi, et que ton coeur soit dans l’allégresse car toute grâce et toute gloire te seront accordées par mon Père qui est aux cieux, par moi et par le Saint-Esprit. Toute âme qui invoquera ton nom ne sera pas confuse, mais trouvera miséricorde, consolation, protection et courage dans ce siècle et dans l’avenir, devant mon Père qui est aux cieux. »

44) Alors, le Seigneur se tournant vers Pierre lui dit : « Le moment est venu d’entonner l’hymne. » Quand Pierre entonna l’hymne, toutes les puissances des cieux répondirent par l’Alléluia. Alors, le visage de la mère du Seigneur brilla plus que la lumière. Et, se levant, elle bénit de sa propre main chacun des apôtres. Et tous glorifièrent Dieu. Le Seigneur, étendant ses mains pures, reçut son âme irréprochable. »