Guidoccio Cozzarelli, “Sibilla Libica”

Sibilla Libica

Guidoccio Cozzarelli (Sienne, 1436 – vers 1518)

Sibilla Libica (Sibylle Lybienne), 1483.

Marqueterie de marbres polychromes.

Inscriptions :

  • sur le cartel situé en bas : « SIBYLLA LYBICA / CVIVS MEMINIT / EVRIPIDES” [1]« La sibylle lybienne mentionnée par Euripide. »
  • sur le livre ouvert tenu de la main droite : « COLA/PHOS / ACCIPI/ENS TA/CEBIT. / DABIT / IN VER/BERA INNO/CENS DORSV/M. » [2]« Il se taira sous les soufflets. Il offrira aux coups son dos innocent. » Prophétie relative à la flagellation du Christ.
  • sur la plaque gravée soutenue par des serpents entremêlés : “IN MANVS INIQVAS / VENIET. DABVNT DEO / ALAPAS MANIBVS IN / CESTIS. MISERABILIS / ET IGNOMINIOSVS, MISERABILIBVS SPEM / PRAEBEBIT” [3]« Il sera remis à des mains injustes. Avec des mains impures, ils donneront à Dieu des coups de fouet. Misérable et frappé d’ignominie, il insufflera l’espérance au misérable.” Seconde prophétie en lien avec la flagellation du Christ.

Provenance : In situ.

Sienne, Cathédrale de Santa Maria Assunta, pavement.

D’origine africaine, la sibylle Lybienne a la peau noire, détail qui est à l’origine d’un bel effet visuel. Sa tête est couronnée d’une guirlande de fleurs. Elle tient dans la main gauche un parchemin déroulé et présente, de l’autre, un livre ouvert.

[4]Oracles Sibyllins, dans Écrits apocryphes chrétiens, II, sous la direction de Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, Paris, Gallimard, 2005, pp. 1045-1097 (oracles VI à VIII).

Notes

Notes
1 « La sibylle lybienne mentionnée par Euripide. »
2 « Il se taira sous les soufflets. Il offrira aux coups son dos innocent. » Prophétie relative à la flagellation du Christ.
3 « Il sera remis à des mains injustes. Avec des mains impures, ils donneront à Dieu des coups de fouet. Misérable et frappé d’ignominie, il insufflera l’espérance au misérable.” Seconde prophétie en lien avec la flagellation du Christ.
4 Oracles Sibyllins, dans Écrits apocryphes chrétiens, II, sous la direction de Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, Paris, Gallimard, 2005, pp. 1045-1097 (oracles VI à VIII).

Laisser un commentaire