Le pélican nourrissant ses petits

Il s’agit d’un thème iconographique fréquemment associé, pour sa valeur symbolique, avec la représentation de la Crucifixion ou présent dans les Croix peintes.

Le pélican est un animal qui possède la particularité de nourrir ses petits en leur laissant prélever, après l’avoir régurgitée, la pêche préalablement emmagasinée dans une poche membraneuse située sous sa mandibule inférieure. C’est probablement à partir d’un malentendu [1] qu’est née la fable du pélican se transperçant le poitrail pour nourrir ses petits de son propre sang, et c’est en raison de cette fable que l’iconographie chrétienne s’est emparée de l’oiseau pour en faire un symbole de la Passion subie par le Christ pour le rachat de l’humanité.

Iconographie

Le pélican se perce la poitrine avec le bec. Le sang versé est recueilli par les oisillons au bec grand ouvert. La scène est le plus souvent représentée au sommet des croix peintes, dans un clipeus. Sa proximité avec le Christ mourant représenté immédiatement au-dessous renforce le sens donné à la mort de celui-ci, et lui fait écho d’une manière qui s’apparente à une sorte de paraphrase.

[1] Le symbole religieux semble être né d’une légende insérée dans le Physiologus, premier des bestiaires chrétiens, selon lequel les petits d’un pélican ayant réclamé trop violemment leur nourriture furent tués par leurs géniteurs d’un violent coup de bec. Trois jours après, pris de remords, les parents indignes se seraient déchiré la poitrine pour arroser de leur sang les corps inertes de leur progéniture et les ramener à la vie …