Lucia di Siracusa

Lucie, ou Lucie de Syracuse, vierge martyrisée sous l’empereur Dioclétien.

Elle effectue un pèlerinage à Catane avec sa mère malade, sur le tombeau de sainte Agathe. Sa mère guérit miraculeusement.

Arès une avoir été dénoncée comme chrétienne par son fiancé, elle est condamnée par le consul Paschasius à être conduite au lupanar (le mot bordel serait plus dans la ligne de l’actualité). Sa détermination à refuser la condamnation est si forte que même un quadrige de bœufs ne parvient pas à la faire avancer d’un pas.

Le consul fait alors appel à l’aide magiciens qui lui font subir une série de tourments si longue, et si horrible, qu’il suffira ici d’en avoir fait mention.

Elle se serait volontairement arraché les yeux pour les envoyer sur un plateau à son fiancé. Mais la Vierge lui en aurait donnée d’encore plus beaux.

Iconographie

Cette jeune et belle vierge chrétienne est généralement représentée

  • présentant ses yeux sur un plateau ou dans une coupe
  • portant la palme du martyre
  • une épée, ou un poignard planté dans la gorge
  • parfois, foulant aux pieds un bœuf (par allusion à l’incapacité devant laquelle s’est trouvé cet animal, de la conduire au lupanar)

Scènes de la vie de la sainte :

  • Sainte Lucie et sa mère au tombeau de sainte Agathe.
  • Elle parvient à résister aux efforts d’un quadrige de bœufs qui ne parvient pas à la tirer vers le lupanar auquel elle a été condamnée.
  • Martyre de sainte Lucie.
  • Ensevelissement de sainte Lucie.