‘Il Sodoma’, « Benedetto abbandona la scuola di Roma »

img_5846E3F5CD45-AC8B-4CCB-9290-352DEFF59CF3

Giovanni Antonio Bazzi, dit ‘Il Sodoma’ (Vercelli, 1477 – Sienne, 1549)

Benedetto abbandona la scuola di Roma (Benoît abandonne l’école de Rome), 1505-1508.

Fresque 

Inscription (sous la fresque) :

  • « COME BENEDETTO ABBANDONA LA SCUOLA DI ROMA » [1]

Provenance : In situ

Abbazia di Monte Oliveto Maggiore, Cloître principal.

Ce que cette fresque a d’extraordinaire, ce n’est pas tant son sujet que la façon dont Sodoma le traite.

Après avoir passé quelque temps avec ses condisciples, non sans dégoût devant leur mode de vie qu’il juge dissolu, Benoît a acquis la conviction qu’il lui revient de quitter le monde pour consacrer sa vie à la pénitence.

À partir d’un sujet aussi peu propice à la fabrication d’une image, Sodoma parvient non seulement à rendre celui-ci intéressant, mais aussi à une représentation d’une originalité et d’une efficacité parfaite.

1

La paroi sur laquelle est peinte la fresque présente une particularité : sa surface n’est pas plane mais présente une convexité qui occupe toute la hauteur, sans doute liée à la structure qui se cache derrière elle. Loin de considérer la chose comme un obstacle, Sodoma l’utilise comme un atout.

Avant de parvenir devant la paroi, le spectateur, comme le moine qui se rend en direction du réfectoire, perçoit le profil de cette convexité (fig. 1) et peut voir un homme barbu concentré dans sa lecture. Au fur et à mesure qu’il avance, l’œuvre se découvre et donne à voir un groupe d’élèves réunis autour d’un professeur qui, visiblement, dispense doctement son savoir du haut d’une chaire particulièrement solennelle. L’attention du groupe n’est pas parfaite et plusieurs élèves se distinguent par leur distraction, certains regardant précisément en direction du spectateur.

Sur la droite, apparaît déjà la figure d’un jeune homme debout, semblant s’esquiver vers la droite.

img_5847
2

Ce jeune homme, ou plutôt, cet adolescent, c’est bien Benoît (fig. 3), dissimulé jusqu’ici, que nous voyons maintenant prendre la fuite. Et l’on s’éloigne également vers la prochaine étape de l’histoire, non sans éprouver l’intelligence du procédé visuel qui vient de produire un effet de mouvement de type cinématographique.

AD5CDE48-98E2-4E8F-8B5C-F99C858D8031
3

[1] « Comment Benoît abandonne l’école de Rome. » L’épisode apparait succinctement dans le Livre II des Dialogues de Saint Grégoire, chap. 1 :

«  […] Voyant que pour beaucoup de ses compagnons, l’étude d’une science vaine était l’occasion de tomber dans l’abîme des vices, à peine eut-il, pour ainsi dire, mis un pied dans le monde qu’il le retira. Méprisant l’étude des lettres, il renonça a l’héritage paternel et ne désirant plaire qu’à Dieu seul, se mit en quête d’un genre de vie sainte. Aussi se retira-t-il, savamment ignorant et sagement inculte ». D’après http://www.abbayes.fr/lectio/Vie_Benoit/Introduction.htmn, consulté le 5 février 2020 et P. CAVALCA, Domenico, Volgarizzamento del Dialogo di San Gregorio, reproduit dans Enzo CARLI, Le storie di San Benedetto a Monte Oliveto Maggiore, Cinisello Balsamo (Milano), 1980, pp. 161-180.