‘Il Sodoma’, « Il monaco Romano da l’abito eremitico a Benedetto »

6A53B9A6-04A0-4935-B626-A906AE393FF9640A21D1-A1F1-4BA2-A84E-27B90AA1F010

Giovanni Antonio Bazzi, dit ‘Il Sodoma’ (Vercelli, 1477 – Sienne, 1549)

Il monaco Romano dà l’abito eremitico a Benedetto (Le moine Romain donne l’habit d’ermite à Benoît), 1505-1508.

Fresque

Inscription (sous la fresque) :

  • « COME ROMANO DÀ LO ABITO EREMITICO A BENEDETTO »  [1]

Provenance : In situ

Chiusdino (Asciano), Abbazia di Monte Oliveto Maggiore, Cloître principal.

Le miracle qui a eu lieu dans la scène précédente a apporté à Benoît des louanges qu’il cherche à fuir. C’est pourquoi il décide de quitter Affile pour se retirer du monde dans la solitude. La fidèle nourrice Cirilla ne reparaîtra donc plus dorénavant. Dans la présente scène, Benoît est figuré à deux reprises, en deux temps : alors qu’il s’éloigne des remparts dans lesquels la tradition voit ceux de Subiaco, encore visible dans le lointain, le voici qui s’aventure d’un pas décidé dans un paysage idéal, et alors qu’il s’agenouille devant Romain qu’il vient de rencontrer (ce dernier habite dans l’ermitage de San Biaggio, sur le mont Taleo).

Benoît a quitté le manteau qu’il portait jusqu’ici et l’a déposé à proximité sur le sol. C’est l’instant où Romain, vénérable moine à la longue barbe grise, lui remet l’habit d’ermite. Agenouillé devant lui, Benoît, en chemise, baisse la tête pour enfiler une chasuble immaculée, la même que celle dont est revêtu Romain.

Nous noterons une seconde fois la manière dont Sodoma exploite habilement la convexité de la paroi pour animer la scène en fonction des mouvements de celui qui la regarde.

[1] « Comment le moine Romano donne l’habit d’ermite à Benoît ». L’épisode ne figure pas dans le Livre II des Dialogues.