Scuola di Luigi Mussini, « Venezia e Lombardia »

Alessandro Franchi (Prato, 1838, – Sienne, 1914)

Venezia e Lombardia (Les régions d’Italie), 1886-1888.

Fresques des pendentifs de la salle du Risorgimento.

Inscriptions :

  • (dans l’écusson) : « VENEZIA / E / LOMBAR/DIA »
  • (au pied du pendentif) : « AF » [1]

Provenance : In situ.

Sienne, Palazzo Pubblico, Sala del Risorgimento.

Il s’agit de l’unique pendentif peint dans cette salle par Alessandro Franchi. La Vénétie porte la corne ducale, chapeau traditionnel des doges, et tient à la main un sceptre et une rame, tout en posant son pied sur un coussin sur lequel est agrafée une demi-lune rappelant les combats acharnés contre les Turcs. Sur la marche en contrebas, tablette, pinceaux, marteau et l’équerre font référence à la prestigieuse tradition artistique de Venise, seule, avec la Toscane, à avoir droit, dans la salle du Palais communal siennois, à une identification par les arts [2]. À l’instar des figures de la Ligurie et de la Sicile, la Vénétie porte des rangées de perles tressées dans les cheveux, rappelant ainsi le lien étroit qui unit chacune d’elles à la mer.

La Lombardie, quant à elle, porte une branche de mûrier, allusion à l’industrie de la soie. Flanquée de l’écu régional sur lequel elle appuie lascivement son bras droit, elle est aussi entourée de produits de l’agriculture (riz, blé) qui s’échappent d’une corne d’abondance. La petite couronne ornée de gemmes et d’émaux qui lui ceint la tête est la très célèbre couronne de fer du Trésor de la Cathédrale de Monza , chef-d’œuvre de l’orfèvrerie médiévale qui a été portée, lors de leurs couronnements, par tous les rois d’Italie, depuis Charlemagne jusqu’à Napoléon et Ferdinand I de Habsbourg, consacré roi de Lombardie et de Vénétie en 1838. Cette même couronne est également représentée par Cesare Maccari dans la scène des funérailles de Victor-Emmanuel.

[1] Les initiales sont celles d’Alessandro Franchi.

[2] Selon un canon quelque peu emprunt de « campanilismo » (nom donné en Toscane à l’esprit de clocher) dont Vasari a été l’initiateur.